Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Articles récents

Les violences liées à la diffusion du film anti-islam continuent. Il faut être fou à lier pour tuer à cause d'un film !!!

6 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

  

 

La branche yéménite d'Al Qaïda a appelé samedi les musulmans à poursuivre les manifestations et à tuer de nouveaux diplomates américains en représailles au film islamophobe diffusé sur internet, alors que se poursuivait le mouvement de protestation.

Au Caire, après quatre jours de heurts, la police anti-émeutes égyptienne a bouclé le quartier de la mission américaine et a évacué la place Tahrir, située à quelques centaines de mètres de l'ambassade. Au milieu de la matinée, les manifestations avaient cessé et la circulation avait repris.

Les talibans afghans, affirmant avoir agi en représailles à la diffusion de la vidéo "L'innocence des musulmans", :lol:ont revendiqué l'attaque d'une base militaire du sud de l'Afghanistan qui s'est soldée par la mort de deux Marines américains.

Les assaillants, qui ont fait usage de mortier, de lance-roquettes et d'armes légères, ont visé Camp Bastion, base de la province d'Helmand où se trouvait le prince Harry, membre de la famille royale britannique.

Sur son site internet, Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a appelé les musulmans à se débarrasser des ambassades américaines pour se libérer de l'"hégémonie" des États-Unis.

"Ceux qui croisent des ambassadeurs ou des émissaires américains doivent suivre l'exemple des descendants d'Omar al Moukhtar (les Libyens) qui ont tué l'ambassadeur américain", a déclaré le groupe dans une référence à l'attaque menée contre le consulat des États-Unis à Benghazi mardi et dans laquelle l'ambassadeur Christopher Stevens et trois autres Américains ont été tués.

Aqpa estime que le film amateur réalisé aux États-Unis, "L'innocence des musulmans", qui dépeint le Prophète comme un homme à femmes et un imposteur, constitue un nouveau chapitre de la croisade menée contre l'islam.

Les autorités libyennes ont annoncé avoir identifié 50 personnes impliquées dans l'attaque de Benghazi. Quatre d'entre elles ont été arrêtées.

L'attaque de l'ambassade américaine à Tunis vendredi, également provoquée par la diffusion du film anti-islam, a finalement fait quatre morts et 46 blessés.

En miroir à Al Qaïda, le Grand Mufti d'Arabie saoudite, plus haute autorité religieuse du pays, a condamné les attaques contre les représentations diplomatiques. Attaquer des innocents et des diplomates "n'est pas accepté par Dieu",[:analuna75] [:analuna75]a-t-il déclaré après avoir condamné le film, une position conforme à celle des autorités libyennes.

Au Caire, selon l'agence officielle égyptienne, 220 personnes ont été arrêtées lors de l'évacuation et 54 ont été placées en détention pour quatre jours en attendant d'être inculpés pour leur rôle dans des émeutes aux abords de l'ambassade américaine.

Mohamed Morsi, premier président égyptien élu librement et membre des Frères musulmans, a condamné le film offensant le Prophète, rejeté la violence qui en a découlé et garanti la protection des missions diplomatiques.

A Sanaa au Yémen, plusieurs centaines de personnes ont assisté aux obsèques d'un jeune homme tué dans des heurts avec la police anti-émeutes lors de l'attaque de l'ambassade américaine jeudi.

Les manifestations se sont propagées en dehors du monde arabo-musulman. A Sydney en Australie, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de la plus grande ville australienne.

Pierres et bouteilles ont été lancées sur la police anti-émeutes dans des heurts qui ont blessé huit manifestants et six membres de forces de l'ordre.

Aux États-Unis, un copte égyptien résidant dans la région de Los Angeles soupçonné d'avoir des liens avec la production de la vidéo s'est rendu volontairement auprès des agents fédéraux pour être interrogé. Nakoula Basseley Nakoula, condamné auparavant pour fraude bancaire, pourrait avoir violé les conditions de sa liberté conditionnelle.

 

 

 

 

La folie des hommes ne cessera donc jamais. Comment des pseudo-croyants peuvent-ils tuer alors que c'est strictement interdit par leur religion !!!  Leur religion, ces fous de Dieu, ils ne la respectent pas, ils sont tellement aliénés...  Tuer un homme c'est tuer l'humanité mais ça, ils l'ignorent ces dingos (" Lorsque quiconque viole le caractère sacré du sang humain en tuant un homme sans justification, le Coran assimile cela au meurtre de l’humanité entière : Celui qui a tué un homme qui lui-même n’a pas tué, ou qui n’a pas commis de violence sur terre, est considéré comme s’il avait tué tous les hommes ”).

"

Le Grand Mufti d'Arabie saoudite est un homme plus raisonnable que les talibans, et j'espère qu'il fera entendre raison aux talibans, à ces hommes totalement irrationnels,  ces déséquilibrés dangereux qui devraient être internés d'office en HP.

Comment peut-on tuer pour un film, un simple film !!!:heink: Il faut vraiment manquer d'humour, être complètement givré, stupide et inhumain.  Quelle image ça donne de la communauté musulmane ! Pour la religion catholique, on peut tout dire, on est plus au Moyen-Age, à l'époque des guerres de religion.

 

Il faut évoluer un peu et vivre comme des gens civilisés, qu'on soit musulman ou pas...

 

 Rediffusion d'une note de septembre 2012

 

Lire la suite

Valérie Kaprisky, bientôt dans la série "Section de recherches

6 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #stars peoples

 

Valérie Kaprisky a 52 ans.

Elle n’a pas eu d’enfant.

Il y a 30 ans, en 1984, elle devient célèbre avec «L'Année des méduses». Dans les années 80, il était difficile de devenir célèbre sans se déshabiller. Elle devient alors un sex-symbol.

«On me croyait femme fatale, j’étais femme-enfant» a déclaré Valérie Kaprisky. Elle était mal dans sa peau et complexée par sa silhouette, elle se trouvait trop petite. Elle ne se nourrissait plus que de tofu et de riz complet. Elle souffrait de crises d’angoisse, il fallait même parfois appeler les pompiers. «J’étais tétanisée, je sentais mon cou se serrer, j’étouffais, je ne comprenais pas, je croyais que je manquais de magnésium» a expliqué Valérie. 

Pour se protéger et changer son image, elle va alors refuser les scènes d’amour. Et ce sera la traversée du désert. 

C’est une psychothérapie qui va la sauver et lui faire comprendre «combien sa valeur de femme n’était pas à confondre avec celle de l’actrice». Elle a fait 7 ans d’analyse.

Elle est en couple avec un compositeur de musique. Elle est comme une seconde maman pour les enfants de son compagnon. 

On la verra dans des épisodes de la série «Section de recherches» qui devraient être diffusés en janvier 2015. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : France Dimanche du 26 sept.2014

 

Rediffusio

Lire la suite

Un mauvais éclairage abîme-t-il les yeux ?

6 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #vie pratique

 

Les enfants lisent parfois avec leur lampe de poche sous la couette et ça vous inquiète... Mais rassurez-vous, lire dans l’obscurité n’est pas mauvais pour les yeux. Par ailleurs, il est inutile de protéger les yeux atteints d’une DMLA (dégénérescence de la macula liée à l’âge) en évitant la lecture, elle n’a aucune influence sur cette maladie et ce serait dommage de vous priver d’un tel plaisir.

 

 

Lire la suite

Les patrons "médecins" de Corinne ne faisaient pas de sentiments...

6 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Histoires insolites mais vraies

 

Corinne Heileman a participé à l'émission "Toute une histoire" et elle a aussi raconté sa double peine à "Détective"  (29 déc.2010). 

Le jeudi 13 mai 2005, sa vie a viré au cauchemar. 

Dans la nuit, elle avait souffert horriblement, des douleurs intenses qui ressemblaient à des coups de couteau dans la poitrine. 

A son réveil, le matin, elle a touché son sein et elle a senti alors une gigantesque boule dure comme une pierre de plusieurs centimètres.  

Elle avait passé une mammographie un an auparavant et rien n'avait été décelé.  Elle avait eu ses enfants assez tardivement et elle n'avait jamais pris la pilule, ce n'était pas une cliente à gynécologue.  

Ce matin-là, elle était impatiente d'aller travailler, elle pensait que ses patrons médecins allaient pouvoir poser un diagnostic et qu'ils allaient la soutenir pendant toute la durée de sa maladie, si c'était un cancer... Elle pensait, naïvement, avoir beaucoup de chance de travailler pour des médecins. Elle avait des idées préconçues sur les médecins : bienveillance, humanité, etc. Elles pensaient qu'ils étaient devenus plus ou moins des amis car elle était leur secrétaire depuis nov. 2000 (5 ans). 

Ces médecins exerçaient dans un cabinet médical à Poissy. Chaque jour, elles voyaient défiler plus de 100 patients. C'était essentiellement des personnes à la CMU, des personnes qui avaient tout le temps d'aller au médecin car ils ne travaillaient  pas et selon Corinne, ils n'étaient pas faciles à gérer. Son travail était donc rude. Corinne n'avait jamais compté ses heures, ni exigé que les heures supplémentaires soient payées, elle ne savaient pas faire respecter ses droits à ses employeurs ou elle était trop généreuse. Elle pensait qu'ils l'appréciaient beaucoup... 

Lorsque le docteur B est arrivé pour son 1er rendez-vous matinal à 10 h, elle s'est empressée de lui expliquer ce qui lui arrivait. Il l'a prise aussitôt dans son cabinet. Il lui a palpé le sein et il n'a pas pu retenir un juron. Il lui a dit qu'il pensait que c'était un cancer mais qu'il fallait une radiographie pour en être sûr.

A 11h, le deuxième médecin est arrivé et Corinne avait besoin d'un deuxième avis immédiatement. Il a fait le même diagnostic.  

Elle a pris rendez vous pour le lendemain pour la radio. 

 A la fin de la journée, les deux médecins sont venus voir Corinne, il lui ont tendu un papier. C'était la convocation à un entretien préalable de licenciement... Un peu candide ou trop confiante, Corinne pensait qu'ils allaient lui parler de sa maladie, lui donner des conseils, la réconforter... Elle est tombée de haut !!! Ils ont prétendu que c'était un licenciement pour motif économique. Ils n'ont pas perdu de temps pour se débarasser d'elle...

Pendant tout le trajet du retour, elle n'a pas cessé de pleurer dans sa voiture. 

Le lendemain, elle continuait à refuser de voir la réalité en face, et elle pensait que les médecins qui l'employaient  feraient tout pour qu'elle soit à l'heure à son rendez-vous pour la radiographie. Mais que nenni, elle n'avait pas encore compris à quels personnages elle avait à faire... Elle était dans le déni. 

Ils ont tout fait pour l'empêcher de se rendre à l'examen radiologique par perversité. Elle y est arrivée avec plus d'une heure de retard. Et le radiologue lui a confirmé qu'il s'agissait bien d'un cancer (neuf centimètres sur sept). Elle a débute la chimio intensive à l'hôpital de Thenon. Elle ne tenait plus sur ses jambes, elle était totalement épuisée.  En Janv. 2006, elle a eu l'ablation du sein. Puis les complications se sont enchainées. Elle avait des métastases aux intestins... 

Elle a intenté une action en justice contre ces "charitables" médecins. Manipulateurs, ils ont prétendu que c'était Corinne qui avait voulu être licenciée à l'annonce de sa maladie. Pour appuyer leur thèse, ils ont fourni une attestation de la remplaçante de Corinne. Ils lui ont certainement mis le couteau sous la gorge, c'était ça ou la porte...  

Ils ont été condamnés à payer 60 000 euros mais ils avaient la possiblité  de faire appel, de se pourvoir en cassation. 

Au mois de la parution de l'article (dec. 2010), Corinne avaient eu des anlayses sanguines assez mauvaises et elle devait passer d'autres examens.  

Quant à ses employeurs, elle n'existe plus pour eux, et elle n'a certainement jamais existé pour eux, elle était juste un standard, un outil de travail, rien de plus...

 

 

 

 

  Rediffusion d'une note 15/04/2011

 

 

Lire la suite

En France, il y a très peu de végétariens contrairement à d'autres pays

6 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Traditions des pays

 

 

2 % de la population en France seraient végétariens, 8 % en Grande-Bretagne et 15 % aux Etats-Unis. 

 

Rediffusion d"une note de 2012

 

 

Lire la suite