Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Articles avec #actualites tag

Cancer de l'ovaire : Le dépistage systématique inutile et nocif

22 Juin 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

  

Mesdames, ne cherchez surtout pas à savoir si vous êtes atteintes d'un cancer de l'ovaire ! Non seulement le dépistage systématique serait inutile, mais il serait en plus potentiellement nocif.

La durée de survie à un cancer de l'ovaire est directement liée au stade de développement de la maladie au moment où elle est diagnostiquée..., ce qui intervient souvent assez tard. Par ailleurs, il est fort difficile de tirer des conclusions de l'observation des symptômes, qui sont très variés. Faut-il dès lors se fier aux protocoles de dépistage classiques pour se préserver du septième cancer le plus fréquent chez la femme ?

Non, à en croire le résultat d'un vaste essai clinique mené aux États-Unis sur plus de 78 000 femmes âgées de 55 à 74 ans sans antécédents particuliers, pendant douze ans ou plus pour la moitié d'entre elles. Pour réaliser l'étude, ces femmes ont été divisées en deux groupes : l'un n'a subi aucun examen, l'autre - nommé "dépistage" - a été soumis aux techniques de dépistage classique, une échographie transvaginale et un dosage du marqueur tumoral (le CA 125).

Faux diagnostics

Les conclusions de cet essai, relayées par la revue indépendante Prescrire, sont sans appel : la mortalité par cancer de l'ovaire a été similaire dans les deux groupes, tout comme la mortalité totale, ainsi que le nombre de cancers découverts à un stade avancé (qui représentent environ 77 % dans chacun des deux groupes). Apparemment donc, dépister ne servirait tout bonnement... à rien : on n'en mourrait pas moins.

Mais il y a pire. Dans le groupe "dépistage", près de 10 % des femmes ont eu un résultat "faussement positif" : en somme, une femme sur dix s'est vu diagnostiquer un cancer de l'ovaire à tort. Un tiers de ces femmes ont ainsi subi une intervention chirurgicale, qui s'est conclue par de sévères complications dans 15 % des cas. Il existe ainsi une probabilité de se faire opérer inutilement avec de potentielles graves complications à la clef.

Mieux vaut donc clairement éviter le dépistage du cancer de l'ovaire, a fortiori lorsqu'on ne présente pas de risque familial. Une règle qu'il ne faut cependant pas généraliser à tous les types de cancer. Ainsi, le dépistage contre le cancer du col de l'utérus reste bien le principal moyen de s'en préserver...

 

 

 

Dans cet article  on évoque les faux diagnostics de cancer de l'ovaire mais on préfère passer sous silence les diagnostics mensongers des médecins sans scrupule, qui découvrent toutes sortes de lésions imaginaires à leurs patientes; ils opèrent des patientes qui n'ont rien... Eh oui une opération est très lucrative !!!

 

La médecine ne progresse pas vraiment, et il n'y a pas qu'en gynécologie, c'est dans tous les domaines médicaux.

Seule l'imagerie médicale a considérablement progressé ces 30 dernières années. Diagnostiquer, c'est bien, mais diagnostiquer sans savoir guérir,  c'est pas terrible...

 

En ce qui concerne le cancer du sein , on sait tous que des médecins sans vergogne "transforment" des kystes en cancer du sein pour améliorer les statistiques. L'avantage, il n'y aura pas de rechute, mais les patientes crédules vont s'angoisser voire déprimer pendant X années et pour rien... C'est pervers !

 

Vous l'aurez tous compris, il est inutile de se faire dépister pour le cancer de l'ovaire mais c'est à vous, Mesdames, de décider si oui ou non vous désirez faire ce type de dépistage. Votre décision sera forcément la bonne, votre vie vous appartient et elle est précieuse.  

 

D'autres avis que le mien   :

 

 

Poussin :

 

Ma maman a été diagnostiquée trop tard et après plusieurs opérations douloureuses elle est partie en un an et demi... Je me fait suivre tous les ans avec mon gynéco et je continuerai, il est hors de questions que cette maladie me touche je ferai tout pour savoir ! Et comme dit Balpe vaut mieux la prévention qu'une opération de 10 heures qui vous laisse sur le carreau ! Je l'ai vu, ma maman a souffert comme jamais et cela plusieurs fois pour rien...

 

 

Ephémèrre :

 

J'ai lu la même chose au sujet du cancer du sein. Comme c'étaient des gens de bonne foi, il faudrait retrouver l'article, je n'invente rien.

 

 

Alexoune :

Ma meilleure amie à eu un cancer de l'ovaire stade 4 à 55 ans, elle en a 70 grâce au Taxol et est en forme.

 

 

Steewes

Comme je l'ai vérifié par moi même un diagnostic du cancer sur deux est erroné, personnellement on m'a diagnostiqué deux fois des cancers et si je n'avais pas fais vérifié j'étais bon pour une chimio en réalité après IRM et contre expertise je n'avais rien dans les deux cas, j'en ai parlé a des amis a qui ont fait le diagnostic du cancer IRM, après vérification ils n'avaient rien non plus, alors je pense qu'il vaut mieux quel qu'en soit le prix faire des vérifications avant un traitement qui utile ou pas vous détruirait au moins psychologiquement !

 

 

 

Bruno d'abondance :

 

C'est la même chose pour le cancer du sein, non pas pour le mode opératoire, mais par la philosophie commune qui prétend  généraliser un pseudo-dépistage systématique.  Dans les deux cas, ce type de démarche  cause des faux positifs massifs, avec leur cortège de traitements invasifs inutiles, d'opérations et de mutilations, dont les femmes sont les victimes passives parce que mal et incomplètement informées.

 

Les mammographies  sans raison sont à éviter effectivement par les jeunes femmes, mais aussi par les femmes matures. Je ne peux que vous inciter à lire les articles  très bien documentés du Dr Girard:  "Les entourloupes du mois rose : mammographie"

 

http://www.rolandsimion.org/spip.php?article230&lang=fr

 

"La face obscure de la mammographie"   http://www.rolandsimion.org/spip.php?article162&lang=fr

 

 

Lire la suite

Contre qui doit-on se battre, aujourd'hui ?

21 Juin 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

En 2013, dans un contexte socio-économique très complexe qui maltraite bon nombre d'entre nous, contre qui devons-nous nous battre ? Contre son patron, contre les banques, contre la finance, les lobbies, les gouvernants ? On ne le sait pas vraiment... 

Pendant les guerres, c'était plus simple, il n'y avait qu'à chasser les occupants...

 

Non, la démocratie n'est pas automatique, elle nécessite qu'on se batte pour elle ! Si on ne la défend pas, n'importe quel système politique sombre dans les rapports de force et tombe dans les mains des plus forts, des plus puissants. On se trompe sur la mondialisation en la considérant comme un système inévitable, fondée sur le capitalisme sauvage, un capitalisme aux inégalités sociales très importantes, avec la précarisation des statuts, alors que nous pourrions très bien choisir de défendre ensemble d'autres idéologies plus humaines...

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Rediffusion d"un article de mars 2013

Lire la suite

Encore une opération des amygdales meurtrière

20 Juin 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

Afficher l'image d'origine

 

 

«J'ai perdu mon fils parce qu'il ronflait la nuit». Mansour, un père de famille toulousain, vit un cauchemar. Avec son épouse Fatima, ils viennent de perdre leur seul enfant, Aymen, à la suite d'une banale opération des amygdales et des végétations qui s'est déroulée le 3 février à l'Hôpital Pierre-Paul Riquet, une antenne flambant neuve du CHU de Purpan.
Hémorragie en salle de réveil
«Quand j'ai vu le bâtiment, j'avais confiance», racontait le père après l'opération. Malheureusement,
Aymen, 21 mois, «un petit garçon en pleine santé, qui était allé chez le pédiatre deux fois dans sa vie», n'a pas survécu à l'intervention. Il a fait une hémorragie alors qu'il se trouvait en salle de réveil. Les lésions au cerveau provoquées étaient irréversibles. Le garçonnet est finalement mort le 7 février.
Et, désormais, Mansour et Fatima cherchent à comprendre comment cette opération «de 30 minutes» a pu bouleverser leur vie. Ils s'interrogent notamment sur les mesures prises par le personnel médical après l'hémorragie. Avec leur avocat, Philippe Courtois, ils ont déposé plainte le 12 février auprès du procureur de la République de Toulouse.
L'équipe médicale «touchée par la situation»

Le jour où son état s'est détérioré, «l’ORL a été rappelée en urgence et l’enfant brutalement enlevé des bras de sa mère pour être reconduit au bloc opératoire. On a expliqué aux parents dans un premier temps que leur fils "dormait" avant que les praticiens reconnaissent, au vu des protestations de la maman, que l’enfant était dans le coma, tout en indiquant que ce coma était volontaire et uniquement destiné à faire en sorte que l’enfant se repose et reprenne des forces», explique l’avocat dans un communiqué.
Le CHU n'a pas encore réagi à cette plainte. Mais, contacté par 20 Minutes le 5 février, alors que le petit Aymen était dans le coma, il indiquait que «l'équipe médicale et soignante était  touchée par la situation» et comprenait «l’immense détresse des parents». Le CHU rappelait aussi «les risques liés à toute intervention chirurgicale». Les conditions «semblent susceptibles d’engager la responsabilité pénale du Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse (Hôpital Pierre Paul Riquet), de son personnel médical et paramédical», avance l’avocat des parents.

 

 

 

Mansour et Fatima vivent un cauchemar éveillé...

Il y a des médecins qui vendent des opérations comme une boulangère vend des pains au chocolat ! C’est un commerce juteux et dangereux, pour de simples ronflements... :fou:Un bâtiment tout beau, tout neuf, ça inspire confiance, c’est plus attractif qu’un vieil hôpital... 

Mansour et Fatima ne supportent pas les mensonges de l’équipe médicale et ça se comprend. L’absence de dialogue et les mensonges conduisent quasi immanquablement à un procès après une mort dans un bloc opératoire. Il faut une sanction pour qu’il y ait «réparation». Et c’est légitime et humain.
 
Ont-ils été informé des risques opératoires avant l’intervention ?

Une opération n’est jamais bénigne. Le risque 0 n’existe pas. Ceux qui disent le contraire sont des menteurs !

Une pensée pour Aymen.:sweat:

 

 

Rediffusion d'une note du 17/02/2015 18:51

 

 

 

Lire la suite

600 000 enfants sont mal-logés en France. Une bien mauvaise répartition des richesses... dans un pays riche

19 Juin 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

 

En France, on compte 3,5 millions de mal-logés.

Certains propriétaires sont sans scrupule, ils louent des taudis. D'autres baissent les prix des loyers si les jeunes filles ou les jeunes femmes leur accordent quelques faveurs en nature... 


600 000 sont des enfants (moins de 18 ans).

La France est le 5e pays le plus riche du monde, mais tous les enfants n'ont pas un père PDG ou dentiste. 


Ce sont le plus souvent des logements dits inconfortables, c'est-à-dire sans chauffage ou sanitaire ou surpeuplés
Ca => des problèmes de santé : le saturnisme et "les enfants-poussettes" qui sont de plus en plus nombreux, ces tout-petits qui ne marchent toujours pas après 1 an, car ils n'ont pas de place pour bouger...

.

On compte aussi 18 000 sans abri, 22 000 logements en camping et 33 000 enfants et adolescents hébergés chez des tiers.

Au niveau social, ça pose problème aussi car le jeune qui ne peut pas recevoir ses camarades de classe ne sera pas invité chez d'autres parents d'enfants plus aisés. L'enfant est alors rejeté par ses camarades de classe et  par les parents des écoliers qui ne sont pas du "même monde"... L'enfant est isolé très jeune.

Il manque 900 000 logements en France et les prix sont inabordables pour des familles modestes. 

                 






 



Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres sont de plus en plus pauvres.   
La 1/2 des artisans sont devenus très riches et ils sont devenus amis avec les notaires ou les dentistes pendant que les employés d'usine se sont appauvris et vont aux restos du coeur (ce sont les nouveaux pauvres). Le CA de certains artisans n'a plus rien à envier à celui d'un avocat, ils ont des revenus équivalents... Certains ne mettent plus les mains dans le cambouis , ils ne sont présents dans leur entreprise que pour donner des ordres... et faire les factures.
Les professions intermédiaires (instituteurs, infirmières, assistantes sociales, etc) ont toutes un bon niveau de vie même si elles ne peuvent pas rivaliser avec les bourgeois, elles ont  le pavillon, elles roulent en  Fiat scudo, et elles ont de plus en plus souvent une boniche.
Elles restent fréquentables et respectables...


Rediffusion d'une note du 30/01/2010

 

Lire la suite

Encore une patiente déclarée morte et revenue à la vie; une ressuscitée Le diagnostic du décès n'est jamais fiable à 100 %

18 Juin 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

Un médecin du Samu de l'hôpital de la Salpêtrière a déclaré morte une femme de 49 ans, jeudi dernier à Paris. Il a signé son certificat de décès à 18h10. Une heure plus tard, elle est revenue à la vie. :fou: Transportée à l'hôpital Necker, elle a été admise dans le service réanimation, a rapporté France Bleu Paris mercredi 26 avril. François Braun, médecin et Président de Samu Urgences de France, a expliqué sur franceinfo jeudi 27 avril que "ce genre de cas" est "tout à fait exceptionnel". :\ "Ce sont des cas que l'on peut rencontrer en haute montagne dans les accidents avec des hypothermies extrêmement sévères". "Pour un cœur qui ne bat pas, la survie est inférieure à 1%", a précisé le médecin. Pour ce spécialiste "le diagnostic de mort n'est pas si simple que ça". Enfin un médecin un peu plus humble que les autres...

Elle est loin d’être le seul cas, ou un cas exceptionnel comme le prétend ce toubib. De nombreux cercueils ont des griffures, des "ressuscités" qui ont voulu sortir du cercueil mais en vain... Des morts horribles, vraiment cauchemardesques. :'( J’ai déjà fait un article à ce sujet.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "mort cercueil"

 

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>