Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Articles récents

Louis XIV : sa vie privée (une journée type de sa vie de roi).

16 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #histoire

 

Louis XIV était le petit- fils  d'Henri IV . Il a régné 54 ans.
La journée royale commence à 8 H 30. Depuis une demi-heure déjà le premier valet de chambre qui a passé la nuit au pied du lit du roi a ouvert les volets intérieurs, enlevé la bougie qui brûlait au milieu d'un plat d'argent et la collation de la nuit pour une petite faim éventuelle du roi.

 

Puis il ouvre les volets et s'écrie " Sire, voila l'heure". La porte de la chambre  s'ouvre à 2 battants :entrent alors les médecins qui viennent frictionner le roi, suivis d'une ribambelle de domestiques et de gentilshommes et parfois du Dauphin et de ses enfants.
Après une courte prière au lit, le roi va s'asseoir en robe de chambre sur un fauteuil et demande "la petite entrée"
C'est le moment du barbier qui vient  le raser un jour sur deux.
Puis viennent les grandes entrées. durant lesquelles on l'habille et il déjeune de pain et d'eau rougie ou d'un bol de bouillon.
Y assister est une faveur pour lesquelles les grands seigneurs sont prêts à tout !
Une centaine de personnes assistent "au spectacle"
Parfois il demande sa chaise percée ! Il ne se gène pas de faire " la grosse commission " devant tous ses spectateurs. A l'époque tout le monde en fait autant sans aucun complexe...
Puis le roi ayant passé la première perruque de la journée, il se rend à la messe dans la chapelle royale, occasion d'entendre de forts belles musiques .
11 h, c'est l'heure du conseil. Le roi qui est un très gros travailleur s'occupe des affaires de la France avec ses ministres.


13 h : "c'est le dîner au petit couvert"Le roi mange seul .Là encore un véritable ballet de valets et seigneurs font les services. Sur sa table, c'est à peu près la quantité de nourriture avalée par une salle de restaurant de forte taille. Bien sûr , il ne mange pas de tout mais il a un appétit phénoménal.
Puis le roi va assister au jeu de paume, se promener dans les jardins très entouré ou bien il va à la chasse..

 


Parfois c'est l'escapade vers Marlyplus intime que VersaillesMais le goût de la grandeur a été plus fort et c'est devenu "un Versailles bis"
18 H : à partir de 1683 où il a épousé Mme de Maintenon après la mort de la reine, Louis XIV se rend chez celle-ci
Là tandis qu'elle brode, il travaille avec l'un ou l'autre de ses conseillers. Jusqu'au coucher, il restera avec Mme de Maintenon. 


22 H C'est "le grand couvert". Public : on y vient au spectacle , contempler les appétits princiers (car le roi a à ses côtés princes et princesses de sang), commenter les nouvelles du jour.

Après le dîner les tables de jeu sont dressées. Mais le roi préfère  s'amuser des espiègleries de la jeune duchesse de Bourgogne, la seule qui a le droit de monter sur ses genoux ...


La cérémonie du coucher est tout aussi solennelle que celle du lever. Après qu'un duc lui a proposé le bonnet de nuit, les flambeaux sont allumés, le premier valet s'écrie "Allons Messieurs, passez"  Tous se retirent , le roi dort.


Il n'en pas toujours été ainsiAu temps des maîtresses, le roi guidé par un valet auquel l'attachait un cordonnet de soie allait "par les derrières " sacrifier à Vénus dans quatre chambres secrètes réservées à cet effet.Mais Mme de Maintenon a mis bon ordre à tout cela...

 

 



              

              

                      

                      

                                       
          

 

Lire la suite

Philippe Vandel redoute le chômage

16 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #stars peoples

 

Philippe Vandel est un senior de 52 ans.

Philippe Vandel est l’un des chroniqueurs d’Alessandra Sublet dans l’émission «Un soir à la tour Eiffel». Et c’est un bon chroniqueur !

Il anime plusieurs émissions sur France Info. «A la différence de beaucoup de gens dans ce métier, je n’ai pas une armée de chaouches qui font le travail à ma place» a révélé Philippe Vandel. Et il a ajouté : «Ce qui m’énerve, ce ne sont pas les animateurs qui font écrire leurs fiches bristol, chacun fait ce qu’il veut ce n’est pas déshonorant. En revanche, ça me fait mal au c... de travailler comme un chien soviétique, d’écrire mes livres moi-même, de préparer tout seul mes interviews et d’en voir certains faire leur promo dans des talk-shows ou dans les JT alors qu’ils n’ont pas écrit une seule ligne de leur bouquin. Je ne supporte pas que les journalistes, qui sont parfaitement au courant, ne leur balancent pas Vous ne l’avez pas écrit vous-même ce bouquin. Je déteste l’omerta». Bref, vous l’aurez compris. les nègres, c’est pas son truc, il fait son boulot tout seul, comme un grand, il est lui-même l’auteur de tous ses livres.

 

Pourquoi a-t-il aussi peur du chômage alors que c’est un «privilégié» ?  

«Je pense à mes enfants et à leur éducation, à l’appartement à finir de payer. Je suis un enfant de la crise. C’est pour cette raison que journaliste, je fais de la radio, de la télévision sur Europe 21 et des livres. Je croise les doigts, je me dis qu’il est improbable que 5 ou 6 employeurs me virent en même temps. Je n’ai aucun CDI, je ne suis pas aux 35 h, je n’ai jamais posé de RTT» a dévoilé Philippe Vandel.

 

Pour Philippe Vandel, Catherine Deneuve et Mathieu Kassovitz sont «50 fois plus intéressants que beaucoup de gens sur terre». 

 

 

 

 

 


Source : Closer du 7 nov. 2014

Rediffusion

 

Lire la suite

Et si on réapprenait le respect de soi et le respect des autres...

16 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Psychologie

 

 

Un des grands fléaux de nos sociétés du XXI siècle, c'est l'anonymat. Avec la fin des villages, c'est aussi la fin de l'entraide et la fin des haines tenaces, c'est paradoxal mais c'était ainsi.

  

En 2010, en ville, on tient le voisin pour un inconnu, c'est-à-dire rien, il n'existe pas pour nous. Pire encore on peut le voir comme un ennemi. Ainsi voit-on des habitants d'immeubles s'envoyer les gendarmes ou des lettres recommandées bien salées, avant d'avoir cherché à communiquer avec "l'emmerdeur", d'avoir eu l'idée d'aller frapper à sa porte et de lui avoir demandé poliment de faire moins de bruit.

  

 

Même chose hors de chez soi. Qui est capable de savoir comment était vêtue la charmante boulangère ce matin ? Avec la précipitation, l'égocentrisme, on ne voit plus les autres, on ne s'intéresse plus à eux. On considère les autres comme des pions, un maillon dans la longue chaîne de notre journée.

On lui parle mal ou pas du tout, à la boulangère. On règle la question technique "une baguette" ou  "un pain" parfois même sans utiliser la formule de politesse d'usage "s'il vous plaît". L'autre devient un distributeur, un simple rôle. Et ce n'est pas unilatéral. Certaines vendeuses en boulangerie ne remercient même pas les clients, surtout s'il y a foule dans la boulangerie : elles encaissent très rapidement sans ouvrir la bouche... et elles passent au client suivant. Elles poussent des soupirs d'exaspération si le client n'a pas la monnaie ou s'il ne fait pas l'appoint en 5 secondes. Aucune patience et aucune politesse. On est alors plus qu'un enquiquineur et un porte-monnaie.

 

On ne doit pas se résigner, on peut changer le monde.

 

Quand on est dans la peau de la victime, pourquoi mûrir sa rancoeur au lieu de dire un mot, ce qu'on pense en y mettant les formes évidemment. Ex : j'aimerais bien que vous me parliez autrement; que vous ne m'appeliez pas pour telle mission; que de temps en temps on prenne un café; que vous leviez le nez de votre dossier ou que vous cessiez quelques instants de fixer l'écran de votre ordinateur pour me regarder quelques instants; ne pas rester des heures dans votre salle d'attente.

On le dit gentillement bien sûr, et on évite la paranoïa.On se garde de toute violence : imposer le respect par la violence est une faiblesse et c'est moche.

 

 

                                               

 

                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    

Lire la suite

Des diagnostics fiables, bien mieux que les médecins traitants... On rêve tous d'un docteur House.

16 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

 

https://www.crowdmed.com/ 

Sur ce site, on ne vous répondra pas au bout de 2 min, «Je sais pas moi» ou «C’est dans votre tête» sans avoir fait faire le moindre examen...Sur ce site, on n’est pas paresseux, on est motivé, on est curieux (dans le bon sens du terme), on ne vous abandonne pas.

 

Des centaines de détectives médicaux font travailler leurs neurones pour résoudre des «cas». Les malades qui ont fait le tour des médecins de leur région, en vain, vont avoir à leur écoute 500 spécialistes de tous pays, médecins, étudiants en médecine, scientifiques, patients. Pour éviter une «invasion» d’hypocondriaques sur le site, les patients s’engagent  à offrir une récompense financière à leur(s) sauveur(s)... Un debrief est ensuite envoyé au médecin traitant. Les médecins traitants ont entièrement confiance à crowdmed, ils savent que ce sont des conclusions d’experts, pas une recherche sur google faite par le patient.

 

Rediffusion d'une note du 06/04/201

 

 

 

Lire la suite

Les personnes qui prennent 5 médicaments ou 5 molécules différentes sont en danger

15 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #sante, #médicaments, #intéractions

 

Plus de 90 % des personnes âgées de plus de 80 ans consomment en moyenne 10 médicaments par jour.

A partir de 3 médicaments, on ignore complètement les interactions. On ne connaît plus leur métabolisme ou leur façon de réagir. Et au-delà de 5 médicaments, le risque d’accidents augmente considérablement.  

18 % des hospitalisations des plus de 75 ans sont dues à ces interactions entre médicaments et parfois elles sont mortelles. Evidemment, votre médecin traitant ou votre pharmacien n’ont aucun intérêt à vous le dire...

 

 

 

Rediffusion d'une note de 2014

Lire la suite