Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Le médecin-anesthésiste adepte du léchage de pieds condamné pour agressions sexuelles

15 Septembre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé, #actualités

 

Yann-Jean Ginter, ex-médecin anesthésiste à l’hôpital de Château Gontier (en Mayenne), depuis qu’il en a été suspendu en 2013 puis radié de l’ordre des médecins et placé sous contrôle judiciaire en 2014, vient d’être condamné à trois ans de prison, dont 22 mois fermes, avec obligation de soins et interdiction définitive d’exercer. Un jugement à la hauteur des faits, étonnants, qui lui sont reprochés… 

Âgé aujourd’hui de 62 ans, le bon docteur assurait (entre 2009 et 2013) à ses patientes combattre la douleur en leur prodiguant des séances de mésothérapie (souvent pratiquées à la chaîne par certains médecins généralistes). Au début des faits, il avait 54 ans et quand il s'est fait prendre, il avait 58 ans. Une technique d’injections sous-cutanées locales de faibles doses de médicaments. On ne saura pas si la méthode a donné des résultats, mais six jeunes femmes ont accusé le Dr Ginter de les avoir agressées sexuellement. Bien sûr, comme le rapporte le journal Le Parisien dans son édition de vendredi 15 septembre, celui qui était censé soulager les maux chroniques s’est défendu en rétorquant : “je n’avais aucune intention malsaine. Mais je n’ai pas pris en compte la pudeur de ces patientes“.
Pourtant, il aurait pu se douter qu’en imposant à ces jeunes femmes qui souffraient de douleurs diverses et variées (dos, genou, migraine…) de se déshabiller entièrement aurait pu questionner. Mais bon, combattre la douleur peut obliger à effectuer “un examen musculaire complet“, comme a expliqué le spécialiste au président du tribunal de Laval.

Cependant, enjoindre à effectuer des roulements de bassin les jambes écartées et à prendre quelques autres postures dégradantes, puis effectuer des palpations appuyées en frôlant la poitrine et le pubis et, comble de l’hypocrisie, planifier les consultations le soir et ne pas les facturer, ne surpasse-t-il pas “le regard du professionnel totalement désexualisé“, qu’a quand même osé le bon Dr Ginter devant la cour. 

Enfin, le “pervers pépère“ a quand même avoué avoir “un peu dépassé le cadre“, rapporte toujours Le Parisien, quand il a convaincu une patiente de lui lécher les orteils ! Encore un bon client pour les psychiatres…

 


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article