Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Articles avec #sante tag

La magnétothérapie, une médecine alternative qui a de beaux jours devant elle

22 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

Les aimants utilisés envoient des champs électromagnétiques qui agiraient sur les cellules et les stimuleraient. Ces aimants sont bien plus puissants que ceux qu'on peut poser sur nos réfrigérateurs. Comment on procède ? Une bobine contenant un aimant est placée contre une zone du crâne, l'endroit varie selon la pathologie à soigner. Il y aurait des modifications bénéfiques du fonctionnement cérébral. Cette méthode est indolore et sans danger. Elle pourrait aider à guérir d'une fracture, soulager une migraine ou une douleur articulaire ou diminuer les douleurs d'un cancer. Elle serait aussi bénéfique aux dépressifs pour qui les antidépresseurs classiques ne fonctionnent pas. Elle permettrait aussi de se débarrasser d'une addiction.

 

 

Lire la suite

Les pompiers sont submergés. De plus en plus appelés pour des problèmes bénins qui devraient être pris en charge par des médecins traitants.

22 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

 

 

A Paris, la brigade des sapeurs-pompiers estime atteindre la limite critique. Chez les pompiers de Paris, le lundi 27 juin restera dans les annales. Ce jour-là, la BSPP (brigade des sapeurs-pompiers de Paris) a effectué 2 002 sorties dans sa zone d’intervention, à Paris et en petite couronne. « Record battu, c’est de la folie», commente le lieutenant-colonel Le Testu, chargé de communication à la BSPP. Habituellement, les pompiers effectuent en moyenne 1400 sorties par jour.

« Le 27 juin, c’était un jour de grosse chaleur, on a fait beaucoup d’interventions liées à cela », explique le porte-parole.

Pour les pompiers, cette journée est représentative d’une tendance inquiétante : depuis plusieurs années, le nombre de sorties pour « secours aux personnes » explose et les submerge. Car les pompiers sont de plus en plus appelés pour des problèmes mineurs ou qui pourraient être pris en charge par des médecins. En 2004, les sorties pour secours aux personnes étaient 280000. Elles dépassent désormais les 387000 par an sur 500000 interventions. Une situation tellement préoccupante que le général commandant la BSPP, Joël Prieur, a tiré la sonnette d’alarme la semaine dernière, lors du comité de gestion de la brigade à laquelle participent les élus des départements où interviennent les pompiers parisiens.

25% à 30% d’interventions injustifiées

« On estime de 25% à 30% le nombre d’interventions non justifiées, poursuit Pascal Le Testu. On atteint la limite critique : un jour, nous aurons un problème sur une intervention grave car nos effectifs seront mobilisés sur des incidents anodins. Il faut rappeler une règle : nous sommes des urgentistes, nous intervenons sur des situations graves où il y a péril. » L’inflation des sorties injustifiées a aussi un coût : l’intervention d’un médecin coûte 66 €, alors qu’un véhicule de pompiers coûte 204 €.

Le général Prieur rapproche l’augmentation des appels de la fin des gardes médicales obligatoires la nuit depuis 2004. Les pompiers, soutenus par les élus, en appellent aujourd’hui à l’agence régionale de santé (ARS), qui chapeaute les politiques de santé en Ile-de-France. « On va vers une catastrophe sanitaire en raison d’une crise de la démographie médicale! affirme Jean-Marie Le Guen, adjoint PS au maire de Paris chargé de la santé. Il y a de moins en moins de généralistes, surtout à l’est de Paris. Ceux qui restent sont exténués, on ne va pas leur demander de faire des gardes après une journée de douze heures! Il faut repenser l’organisation des soins », explique l’élu, qui demande à l’Etat d’appuyer les mesures de la mairie pour des maisons de garde. A l’ARS, on se dit « conscient du problème. Nous avons rencontré la BSPP et nous allons les associer à notre projet de réorganisation de permanence des soins. Des propositions seront faites à la rentrée ». Les pompiers, eux, sont focalisés sur le 14 juillet : ce soir-là, il n’y a pas que les bals mais aussi de nombreuses interventions de secours aux personnes.

 

 

D'une part, les médecins traitants ne jouent plus vraiment leur rôle de médecin, on a une médecine générale qui se détériore grandement. Aujourd'hui, la médecine générale se résume quasiment à de la saisie informatique, c'est à la portée de n'importe qui. C'est une médecine qui n'a pas su évoluer, qui s'est seulement informatisée. 

Les pompiers n'ont pas à faire le travail le plus "ingrat" des médecins traitants et les déplacements des pompiers sont bien plus coûteux. Le passage aux urgences d'un hôpital n'est pas gratuit... On n'entre pas à l'hôpital comme dans un moulin, tout se paye à l'hôpital.

 

 

D'autre part, les Français abusent un peu. On n'est pas très solidaires et certains ont la fâcheuse manie d'appeler les pompiers dès qu'ils ont un simple étourdissement ou une petite fatigue. Pour ces sorties, les pompiers roulent à très vive allure et peuvent renverser et tuer un piéton qui ne réagirait pas très rapidement pour aller "secourir" un "simple vertige" qui n'a pas perdu connaissance... 

 

Je me permets au passage de remercier les pompiers pour leur travail remarquable et leur sens du dévouement.

 

 

 

 

 

 

Rediffusion d'une note de juillet 2011
 

Lire la suite

Le paracétamol n'est pas plus efficace qu’un placebo...

21 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #santé

 

 

La fin d’une star des officines ? Le paracétamol, traitement de référence des lombalgies, ne serait pas plus efficace qu’un placebo, selon une étude parue dans le prestigieux Lancet ce 24 juillet. Selon les chercheurs à l’origine de cette publication, il faudrait en tirer les conséquences dans la pratique quotidienne.es lombalgies, douleurs au niveau des lombaires, sont la première cause de handicap dans le monde.

 Un groupe a pris du paracétamol par doses régulières – 3 prises par jour pendant un mois, avec un maximum de 3 990 mg –, un deuxième a reçu le médicament quand c’était nécessaire – avec un maximum quotidien de 4 000 mg –, un troisième a eu accès à un placebo. En complément de ce traitement pharmacologique, les chercheurs ont fourni des conseils aux participants, ont tenté de les réconforter.

 

Aucun effet sur la douleur

Au bout de trois mois, l’équipe a comparé l’état de santé des patients dans les différents groupes, ainsi que leur adhérence au traitement. En moyenne, ils faisaient preuve de modération et ne prenaient que 2 660 mg par jour. Mais le temps nécessaire pour que la douleur s’estompe ne varie pas vraiment selon que les participants prennent un placebo ou du paracétamol : 16 jours dans le premier cas, 17 dans le second. Si le médicament actif n’aidait pas à soulager la douleur, il n’améliorait pas non plus la qualité de vie, du sommeil, ou encore le fonctionnement quotidien. Une vraie douche froide pour les adeptes du paracétamol.

 

Auteurs comme commentateurs soulignent le rôle intéressant des conseils et du réconfort sur l’évolution de la douleur ressentie par les patients.

 

 

 

 

 

 

Je pense que l'aspirine et l’ibuprofène sont, aussi, inefficaces. La médecine ne fait pas de miracles... 

 

 

Un médecin honnête ne peut vous donner que des conseils de bons sens pour soulager votre dos. Pour vos douleurs au dos, vous ne pourrez avoir que des recommandations pour 23 € (que vous pouvez trouver également sur Internet et sans avoir à débourser 1 centime).

 

 

http://vivreaupresent.over-blog.com/2014/02/les-personnes-qui-se-droguent-au-parac%C3%A9tamol-m%C3%A9connaissent-les-risques-encourus.html​

 

 

 

 

 

Note du 24/07/2014

 

Rediffusion 

 

 

 

Lire la suite

L'hortithérapie, la médecine de demain...

21 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

Vous savez tous, que bientôt vous aurez droit à des prescriptions de sport, et peut-être qu'un jour, vous aurez aussi des ordonnances d'hortithérapie. Qu'est-ce que l'hortithérapie ? C'est semer, sarcler, désherber et cueillir des végétaux. Cette médecine ferait des "miracles" en neurologie, en oncologie (cancers). Cultiver des plantes contribuerait à l'amélioration du sommeil, des fonctions cognitives et elle permettrait de réduire la posologie des médicaments. Cette thérapie est sédative, elle permet même de diminuer la pression sanguine. Elle se pratique à l'hôpital ou en clinique, dès lors que l'établissement possède un jardin. Elle obtiendrait de bons résultats sur les troubles psychiques ou alimentaires des enfants autistes ou hyperactifs, de personnes déprimées ou atteintes d'un Alzheimer.

 

 

Afficher l'image d'origine

Lire la suite

Un cancer du sein peut-il apparaître entre 2 mammographies ?

21 Mai 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

Oui, hélas...

 

Pourquoi ? 

- Certains cancers ne sont pas toujours visibles entre 2 mammographies, car trop petits ou mal placés (ex. près du sternum, sous le sein...).
- D’autres ont pu être manqués par le radiologue pressé, expéditif, pas consciencieux ou pas compétent.
- Il existe aussi des cancers foudroyants...


Dans le cas du dépistage organisé, il y a théoriquement 2 lectures par 2 radiologues.  La deuxième lecture permet de détecter 8 % des tumeurs passées inaperçues par le 1er radiologue.


Soyez attentives, Mesdames, à tout changement : grosseur au niveau de l’aisselle ou dans le sein, rétraction de la peau ou du mamelon, rougeur, oedème, aspect «peau d’orange», écoulement mammaire.

 

 

 

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>