Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Articles avec #sante tag

Les causes les plus fréquentes d'une gencive douloureuse ou qui démange

17 Novembre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

En voici quelques-unes :

  • mauvaise hygiène buccale (plaque dentaire)
  • gingivite
  • tabagisme
  • alcoolisme
  • réaction à un dentifrice
  • aphte
  • herpès
  • diabète

 

La consultation était gratuite.;)

Lire la suite

Une crise de foie est-ce que ça existe vraiment ?

16 Novembre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

Non, il n’y a qu’en France qu’on parle de crise de foie. Et ce ne sont pas les médecins qui en parlent mais seulement les patients... Ce n’est pas une pathologie et ça n’a rien à voir avec l’organe, le foie. Cette appellation est une croyance ancestrale. Elle regroupe des symptômes divers (nausées, vomissements, maux de ventre, de tête, vertiges, langue chargée...), le plus souvent après un repas trop copieux ou un excès d’alcool, après une fête. La «crise de foie» est en fait un trouble de la digestion qui guérit généralement tout seul. Il n’existe aucun médicament "miraculeux", il suffit d’attendre que ça passe...

Lire la suite

Le vaccin contre la grippe est assez peu efficace. Ce n'est pas vraiment une révélation...

16 Novembre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 
 
L'efficacité du vaccin contre la grippe est remis en cause par une étude américaine présentée sur le site internet de la revue scientifique de référenceThe Lancet, mercredi 26 octobre. Analysant une trentaine d'études médicales, les chercheurs ont montré que le vaccin contre la grippe n'était efficace que pour 59% des personnes âgées de 18 à 65 ans.

Les chercheurs ont étudié plus de trente études publiées entre janvier 1967 et février 2011, dont 17 essais randomisés et 14 études observationnelles.

"De nouveaux vaccins avec une efficacité clinique améliorée sont nécessaires pour réduire significativement les taux de morbidité et de mortalité liés à la grippe", concluent les principaux auteurs de l'étude. 

 

Je ne me fais pas vacciner contre la grippe et vous ?

 

 Rediffusion d'une note du 28/10/2011

 

 

Lire la suite

1 Français sur 2 freiné dans son parcours de santé à cause du jugement d'un soignant. La situation s'aggrave d'année en année. Où sont passées la déontologie et la bienveillance ?

16 Novembre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités, #sante, #méprisant, #arognace, #irrespect, #hulimiations

 

Selon une enquête de BVA pour Zava, site de téléconsultation, plus de trois quarts des Français craignent ou ont vécu le jugement d’un professionnel de santé…

Une enquête, dévoilée en exclusivité par « 20 Minutes » donne la mesure de la défiance installée entre soignés et soignants.
Selon ce sondage
, près de 4 Français sur 5 craignent ou ont expérimenté le jugement d’un praticien.
Ce qui bloque l’accès aux soins : la moitié de ces personnes interrogées n’a pas consulté ou retardé un rendez-vous.

78 % des patients craignent le jugement d’un soignant
Flavie n’est pas seule à partager une expérience désagréable avec un médecin. Depuis quelques mois, médias et réseaux sociaux se font l’écho d’une impressionnante souffrance des patients, et en particulier des patientes.
Un problème de confiance reflété par un sondage de BVA pour Zava, site de téléconsultations médicales, que 20 Minutes dévoile en exclusivité ce lundi. En effet, 78 % des Français ont expérimenté ou craint le jugement d’un professionnel de santé. Une peur davantage exprimée chez les femmes : elles sont 83 % à redouter les remarques désobligeantes, inappropriées ou encore « la leçon de morale ». Et cette crise de confiance touche surtout les médecins : 74 % de ces jugements émanent des médecins contre 9 % des infirmiers.

 

Retarder un rendez-vous… ou éviter d’en parler
Cette peur porte parfois à conséquences. Selon ce sondage, la moitié des personnes interrogées qui ont retardé la consultation en ont subi des répercussions négatives : 16 % ont remarqué un impact sur leur santé et 41 % des effets psychologiques.
Parfois le médecin est le seul interlocuteur adéquat pour parler de problèmes intimes et quand cette porte se ferme, les dégâts peuvent être immenses. Taire ses souffrances et inquiétudes n’ont rien d’anodin, quand par exemple on retarde une visite chez les médecin alors qu’on redoute une petite boule dans le sein. 
Comment expliquer cette crise de confiance ?
Mais au-delà des craintes, beaucoup de patients ont souffert
d’une réflexion maladroite ou pire. « Rien ne sert de généraliser ou blâmer à tout va, tranche le Dr Albe-Ly. Tous les médecins sont humains avec leur culture, leurs convictions, leur background. On a le droit d’avoir des opinions, mais on n’est est pas là pour faire la morale ! » Et la maltraitance est souvent involontaire, assure cette généraliste, tout comme Baptiste Beaulieu, célèbre généraliste et écrivain, interviewé par 20 Minutes sur ce sujet.
« Même sans le vouloir, parfois on ferme la porte, reprend Sophie Albe-Ly. Personnellement, je fais attention à poser des questions ouvertes, éviter les assertions, parler de partenaire pour ne pas crisper un patient homosexuel. A éviter le « quel est votre sexe ? » qui exclut les personnes transgenres. Des petits détails qui peuvent bloquer la communication. Après, c’est sûr qu’on ne peut pas faire attention à tout ! » Surtout quand c’est une trentaine de patients qui défilent chaque jour au cabinet…
Cette généraliste qui exerce depuis dix ans au Royaume-Uni reconnaît que la relation entre soignant et soigné a évolué. Mais la France n’est pas en avance… « On va vers un partenariat.
Dans le système britannique, il y a moins cette relation verticale. Le médecin informe, accompagne, mais la décision revient au patient. » Une approche différente qui se lit aussi dans les études. « Au Royaume-Uni, j’ai suivi des cours sur comment faire dans un temps restreint pour amener le patient à nous dire la vraie raison de sa venue. Je pense que l’on pourrait faire un effort d’éducation, de sensibilisation au dialogue pendant les études de médecine en France. »
Et pour elle, ce grand déballage, cette remise en question parfois douloureuse pour les praticiens, peut déboucher sur une meilleure compréhension. « Se remettre en question, ça ne fait pas de mal surtout dans une pratique où le contact humain est primordial et le but c’est d’aider les gens à être en bonne santé ! Détromper un médecin, c’est lui rendre service. »
* Étude Zava réalisée par l’institut BVA par Internet du 20 au 24 avril 2017 auprès d’un échantillon de 1.000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans ou plus.

 

Zava, expert de la téléconsultation propose des consultations médicales en ligne sur la base d’échanges écrits à partir du site www.zavamed.com. A l’issue de ces consultations médicales, les médecins de Zava peuvent délivrer des conseils, diagnostic et prescription médicale si nécessaire. L’ordonnance est dans ces cas transmise au domicile du patient ou à la pharmacie de son choix. Les traitements prescrits sont remboursables dans les conditions habituelles. Pour consulter les ser vices de Zava : https://www.zavamed.com/fr/​​​​​​​

 

http://www.notetondoc.com/specialite/medecin-generaliste

http://www.notetondoc.com/avis_sur_medecins_et_praticiens?field_nom_value=&field_prenom_value=&field_specialite_tid=1512&distance[postal_code]=&distance[search_distance]=100&info=

 

http://www.notetondoc.com/avis_sur_medecins_et_praticiens?field_nom_value=&field_prenom_value=&field_specialite_tid=1528&distance%5Bpostal_code%5D=&distance%5Bsearch_distance%5D=100&info=

 

 

 

Note de 2017

Rediffusion

Lire la suite

Un extrait de "médecin malgré lui " de P. De Funès

16 Novembre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

"J'ai assisté aux staffs hebdomadaires d'un service de gynécologie-obstétrique, à deux pas de mon cabinet. Viralot, le chef de service était fort courtois. Il parlait à mots comptés, sans jamais élever le ton et semblait très apprécié de ses collaborateurs. Je ne tardais pas à remarquer que, lorsqu'il abordait le dossier d'une de ses opérées, son récit s'achevait  toujours sur des complications : ligatures intempestives, hémorragies, abcès, hématomes... Ses confrères ne semblaient pas s'en étonner, ils étaient sans doute de la même trempe.:D L'ordre du jour du dernier staff de juillet était l'organisation du service pendant les vacances. or, l'une des patientes lui posait problème. -Vous sortirez dans 3 jours Mme Taupin, lui avait-il garanti avant de lui retirer l'utérus. Vous allez vous sentir plus légère -. Mais un suintement de la plaie et des douleurs dans le bas-ventre consécutifs à l'intervention l'obligèrent à y revenir, il dû réopérer avant son départ. A l'écouter cette retouche n'avait pas donné le résultat escompté -J'ai cru d'abord que c'était une veine... mais vu l'ampleur de l'hémorragie, j'ai dû sectionner une artère.:D Pas facile de s'y retrouver sous un abcès - L'assistance hocha la tête d'un air entendu. - Je vais encore différer mes vacances, les Taupins n'ont confiance qu'en moi -:D"

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>