Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Articles récents

Claude Barzotti n'aurait plus de problème avec l'alcool

17 Avril 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #stars peoples

 

 

En 2010, Claude Barzotti avait confié être atteint de surdité. Il mettait la télévision à fond chez lui.  Mais ça ne l’empêchait pas de chanter, il avait des oreillettes sur scène.

En 2011, le chanteur Claude Barzotti aurait été contraint d’annuler ses concerts suite à une fatigue très intense.

«Il n’existe aucun remède pour s’en sortir définitivement. J’étais encore très jeune quand j’ai bu mon premier verre de whisky, par timidité. Je débutais à peine ma carrière de chanteur et j’avais du mal à approcher les gens pour leur parler» a révélé le chanteur. «Un 1/4 d’heure après avoir avalé ce whisky, je me sentais un nouvel homme. Tout me paraissait beaucoup plus facile» a ajouté Claude Barzotti.

«Je suis passé par une quinzaine de cures de sevrage, en France, en Belgique, en Suisse, et même au Canada. Ma carrière en a forcément pris un coup. Il y a des périodes où j’étais rond en permanence». a déclaré Claude Barzotti. Il ne serait plus alcoolique depuis un an. 

Il va sortir un nouveau disque, un disque de reprises de tubes italien. 


 

 

 

 

 

 

 

Source : France Dimanche du 2 mai 2014

Lire la suite

L'ostéoporose n'est pas une maladie...

17 Avril 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

Avant les années 70, personne ou presque n'avait entendu parler de cette pseudo-maladie.

Dans les années 80, l'ostéoporose est présentée, sous l'influence de l'industrie pharmaceutique et du corps médical, comme une maladie potentiellement mortelle à la suite d'une fracture du col du fémur. Cette maladie concernerait toutes les femmes ménopausées, ça faisait beaucoup de malades et de clientes, une occasion de faire du business....

Dans ces années 80, les chercheurs ne sont pas tous du même avis. Certains scientifiques ont refusé de prétendre que la résistance des os était due seulement à leur densité. Il y avait un hic : on ne disposait d'aucun moyen d'évaluer la qualité des os, seul un outil, plus ou moins fiable, permettait de mesurer leur densité.

A partir des années 90, l'ostéoporose se définit par la comparaison de la densité minérale osseuse (DMO) d'un humain (peu importe l'âge, jeune ou vieux) à la moyenne de la valeur observée chez l'adulte très jeune de même sexe. Toutes les femmes dont le T-score, unité de mesure de la DMO, est < à 2,5 sont considérées comme ostéoporotiques, et elles sont par conséquent très nombreuses...  et cela ne peut que réjouir les rhumatologues, les pharmaciens et les laboratoires pharmaceutiques.

En 2013, l'ostéoporose est décelée par des radiographies appelées ostéodensitométries qui scannent différentes parties du squelette. L'appareil mesure la densité minérale osseuse et l'exprime en grammes/cm². Pour être honnête, il ne s'agit pas vraiment de la densité car l'appareil ne tient pas compte de l'épaisseur de l'os. C'est un peu de l'enfumage... mais peu importe, ça rapporte de l'argent. Il est important de savoir que les différentes marques ne fonctionnent pas de manière identique et les résultats varient d'une machine à l'autre...

Vous ne serez sans doute pas étonnés si je vous dis que les études sont financées par... l'industrie pharmaceutique qui aime créer de nombreuses nouvelles maladies.

Les bisphosphonates ne font pas de miracles. 91,5% des femmes ne bénéficient d'aucune amélioration après 3 ans de traitement. Pire encore au bout de 3 ans, le taux de fractures est supérieur chez les personnes sous traitement que chez celle sous placebo. 

Le ranélate de strontium (ou proletos) est de moins en moins prescrit car il y a des risques importants de thrombose et d'infarctus du myocarde.

Alors vous avez toujours envie d'aller consulter un apprenti sorcier ?

 

Rediffusion d'une note du 29/10/2013

Lire la suite

Céline Dion et le deuil de René Angélil...

17 Avril 2017 , Rédigé par Authentiqua

 

Mon deuil a débuté quand la maladie a pris le dessus. Je l’aidais à prendre sa douche, à se brosser les dents, je l’accompagnais aux toilettes. J’étais parfois un peu brusque avec lui, je lui disais : Tu es mort ou vivant ? Lève-toi et vie»:ouch: a raconté Céline Dion.

«Vers la fin, on regardait des émissions de télé et on riait beaucoup. Il aimait que je vienne prendre mon café avec lui» a révélé Céline Dion. Et elle a ajouté «Puis j’ai recommencé à travailler. Il ne mangeait plus, avalait essentiellement des médicaments».

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

 

 

 

Source : Good Morning America 

 

 

Lire la suite

La maltraitance médicale est banale

17 Avril 2017 , Rédigé par Authentiqua

 

Dans son livre«Les Brutes en blanc», Martin Winckler, médecin généraliste installé au Québec, dénonce le comportement de ses confrères français. 

 

LE FIGARO. - Pourquoi avoir écrit ce livre?
Martin WINCKLER. - C'est un problème que j'ai abordé depuis très longtemps dans beaucoup de mes livres.
Les études de médecine en France ne fabriquent pas des soignants, mais des gens qui se comportent comme des aristocrates. Ils considèrent les patients comme inférieurs à eux et ne les soignent pas: ils les traitent, leur donnent des médicaments, font faire des examens et administrent des ordonnances. Or, un médecin, c'est fait pour soigner et la profession médicale devrait former des gens à ça. Ce n'est pas le cas aujourd'hui.


Qu'est-ce que la maltraitance médicale selon vous?
On la reconnaît au fait que le médecin chez lequel vous allez ne vous respecte pas en tant qu'individu, citoyen et sujet.
Il ne va pas vous écouter, va vous dire que ce dont vous vous plaignez, «c'est dans votre tête» ou vous faire des commentaires désagréables sur votre physique. La maltraitance médicale, c'est lorsqu'un médecin se permet de vous juger au lieu de répondre à votre demande de soins.
Vous écrivez que ces maltraitances sont fréquentes. Sur quoi vous appuyez-vous?
Je me base sur trois sources: mon expérience personnelle sur une quarantaine d'années, des témoignages de patients et d'autres documents montrant que la maltraitance est systémique. Par exemple, Le Quotidien du médecin publiait un article il y a une semaine disant que parmi les étudiants en médecine et internes,
30% des femmes et 10% des hommes font l'objet de harcèlement sexuel de la part des autres médecins. Si ce harcèlement s'exprime sur 30% de la profession, pourquoi ne s'exprimerait-il pas sur les patients?.
 La maltraitance, c’est la répétition des brutalités par un médecin qui trouve ça normal. On ne peut pas forcer un médecin à faire quelque chose, se faire poser un stérilet par exemple. Mais on peut lui interdire de faire quelque chose. Avec une anecdote qui l’a particulièrement marqué : une patiente s’est réveillée après une troisième césarienne et son mari lui annonce que pendant qu’elle dormait, le médecin lui a ligaturé les trompes.  C’est ce genre d’histoires qui m’a motivé à écrire ce livre. 

Mais il n'y a pas de données plus globales et officielles ni d'étude scientifique sur le sujet ?
Il n'y a pas d'étude sur le comportement des médecins en France, pour la simple et bonne raison que c'est aux médecins de diriger ces études et qu'ils ne veulent pas le faire. Néanmoins, il existe des arguments scientifiques indirects. Par exemple, on a commencé à s'intéresser aux soins palliatifs en Angleterre après la Seconde Guerre mondiale, tandis qu'en France, j'ai fait partie de la première équipe médicale à tester ces soins. C'était dans les années 1980, soit 30 ans plus tard...
Le fait d'être parti au Québec en 2009 vous donne-t-il une perspective différente?
Cela a augmenté ma colère. À Montréal, il y a deux facultés de médecine. Dans l'une d'elles, chaque étudiant a un mentor qui est un patient chronique qu'il suit tout au long de ses études. Dans l'autre, le recrutement des étudiants se fait sur dossier et lors de leur entretien, ils sont interviewés par un médecin et un patient. Dans les pays anglo-saxons, les patients font partie de la formation - qui est infiniment meilleure qu'en France, selon moi. Quand le système se dégrade, les médecins sont toujours du côté des patients. Alors qu'en France, lorsqu'il y a une revendication de patients, les médecins soutiennent le système.
Dans l'immense majorité des facultés françaises, les patients sont simplement des objets d'étude: il y a deux ans, la doyenne de l'université de Lyon trouvait ça normal d'effectuer des examens gynécologiques sur des femmes endormies sans leur consentement. C'est aberrant!


Les comportements que vous dénoncez peuvent-ils s'expliquer par des difficultés particulières rencontrées par les médecins?
Non, ils sont dus au fait que le monde médical a toujours vécu replié sur lui-même et très éloigné du monde réel. Une profession qui doit servir le public doit être redevable de ses actes.


Que faire quand on s'estime victime de maltraitance médicale?
Dans la mesure de ses moyens, il ne faut pas se laisser faire. On peut par exemple sortir sans payer. S'il y a une infraction au code de déontologie (disponible sur le site de l'Ordre des médecins), on peut porter plainte en allant faire une déposition au commissariat ou en écrivant au procureur de la République. Le médecin fautif ne pourra pas passer outre: il sera convoqué pour donner sa déposition. Porter plainte pourrait inciter d'autres victimes à faire de même.

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

Lire la suite

Les rides, tout ce que vous pas sur ces "satanées" rides et comment en éviter certaines

17 Avril 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #beaute

 

Le vieillissement est lié à notre patrimoine génétique mais d’autres facteurs ont une influence non négligeable sur les rides.
On peut  donc en éviter certaines ou retarder leur apparition. 

Quand on a des difficultés de vision, aussi bien de loin que de près, on plisse les yeux par réflexe, on fronce les sourcils et le front (rides du lion, rides de la patte d’oie, rides sous les yeux, et rides frontales). Porter des lunettes de soleil, évite aussi de plisser les yeux au soleil.  Etre trop souriant ou trop rieur provoque la formation des rides de la patte d’oie et sur les joues dès 35 ans... 

L'exposition répétée aux UVA  fragile la peau et on a des rides plus jeune si on abuse du soleil. Malheureusement, les solaires sont peu ou pas efficaces contre les effets néfastes du soleil et des UVA. Evitez les autobronzants qui dessèchent considérablement la peau, surtout si on les utilise trop souvent.

 

En vieillissant, la peau se déshydrate spontanément et la peau se fragilise. Il est recommandé dès 18 ans, aux jeunes femmes et aux jeunes hommes, d’appliquer deux fois par jour une crème hydratante, de toujours se sécher la peau après une baignade. Les premières rides apparaissent bien avant 40 ans,  on voit des ados de 16 ans qui ont déjà des ridules frontales... Les rides autour des yeux (les pattes d’oie) se forment vers 30 ans, en moyenne. Des jeunes hommes et des jeunes femmes de 27 ans ont parfois déjà des rides de chaque côté de la bouche. Ces deux zones sont particulièrement fragiles et elles ont une activité musculaire intense. 

Le sillon vertical au" milieu" des joues est dû à l’âge, la cinquantaine, le visage qui se creuse considérablement. Il n’y a rien à faire pour l'éviter...

 

La gymnastique faciale n'a jamais permis de faire disparaître des rides mais au contraire de provoquer la formation de nouvelles rides. Je vous la déconseille vivement !

 

Lire la suite