Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Articles récents

Mais où est passée la princesse Charlene Wittstock ?

30 Septembre 2011 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #stars peoples

 

 

 

 

Le 10 septembre 2011, Charlene n'a pas assisté au concert après le traditionnel pique-nique. Elle a prétexté être très fatiguée et elle a préféré aller se reposer. Une fatigue qui dure dans le temps...  Tous ses engagements, ses RV ont été annulés à la dernière minute. A Monaco, on se pose beaucoup de questions et certainement trop au goût du Prince Albert et de sa délicieuse épouse. Voici les questions que l'on se pose ? Vit-elle encore à Monaco ? Est -elle malade ?

Et si elle était tout simplement enceinte ? Charlene rêvait depuis toujours d'être maman.

 

 

Rediffusion d'une note de septembre 2011 

Lire la suite

Très inquiétant : les anesthésistes-réanimateurs signalent une pénurie de médicaments

25 Septembre 2011 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

 

 

 

 

La Société française d'anesthésie-réanimation (Sfar) lance une alerte face à la pénurie de certains médicaments utilisés pour réaliser des anesthésies générales, locales, péridurales ou prendre en charge la douleur lors des soins d'urgence. Pour le Dr Laurent Jouffroy, président de la Sfar, cette rupture de stock met gravement en danger la sécurité des patients. Interrogé hier par l’AFP, il a exhorté les pouvoirs publics à « prendre leurs responsabilités et anticiper ce que l'on voit arriver. » Soutenue par l'association de défense des malades Le Lien, la Sfar dénonce un grave phénomène qui se serait intensifié au fil du temps en France : « Qu'elles soient liées à des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication, les ruptures de stocks des médicaments d'anesthésie-réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années. »

Les médicaments concernés par la pénurie

Les médicaments qui se raréfient sont généralement anciens, peu coûteux et généricables. Le Dr Jouffroy parle de « produits indispensables et sans alternative. » Sur  la liste figure notamment le thiopental, utilisé depuis 1936 pour le traitement des traumatismes crâniens graves ou de certains états de mal épileptique.Il a cessé d'être commercialisé par le laboratoire américain qui approvisionnait la France sans qu’aucune solution pérenne n'ait été trouvée à ce jour pour le remplacer. La menace de pénurie touche aussi la lidocaïne adrénalinée, dont le laboratoire propriétaire stoppe la production, et le propofol, employé dans 90 % des actes d’anesthésie. Vendu au prix de moins d'un euro par ampoule, ce dernier médicament aurait perdu son attrait économique pour l’industrie pharmaceutique.Et le Dr Jouffroy de citer également le cas d’une « rupture de stock de paracétamol intraveineux, qui a duré 6 mois ».(Pas très grave car le paracétamol intraveineux est de la poudre de la perlimpinpin). 

La plupart du temps, il n’existe aucun produit de remplacement permettant d’assurer la même qualité de soins et/ou d’être vendu au même prix que les médicaments concernés. Le président de la Sfar n’hésite pas à déclarer que « si l'on ne trouve pas de solution,le risque existe que l'on ne puisse plus réaliser d'anesthésie dans le cadre d'actes chirurgicaux ou diagnostiques. »

 

 

Il restera l'hypnose...

 

 

Rediffusion d'une note du 19/08/2011

 

 

 

Lire la suite

Le satellite à la dérive inquiète les Français mais surtout les Italiens. Avons-nous plus que quelques heures ou quelques minutes à vivre ?

23 Septembre 2011 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

 

 

 

 

 

 

 

La Nasa a les yeux braqués sur "UARS", ce satellite gros comme un bus qui doit retomber sur Terre vendredi soir. Elle essaie de déterminer la future zone d'impact. La péninsule italienne pourrait être concernée ; du coup, les autorités du pays ont lancé un appel à la prudence aux habitants.Où va retomber "UARS" ? Ce satellite qui a quitté son orbite, à court de carburant, et destiné originellement à l'étude de la haute atmosphère (comme l'indique son nom complet, "Upper Atmosphere Research Satellite") devrait percuter la Terre dans les prochaines heures. Il doit retomber vendredi soir. Si sa trajectoire précise n'est toujours pas connue, la Nasa s'est déjà risquée à quelques prévisions : elle estime qu'il devrait en partie brûler et se désagréger en traversant les basses couches de l'atmosphère terrestre, mais que diverses pièces (l'agence américaine a évalué leur nombre à 26, d'un poids variant entre 1 et 158 kg) pourraient atteindre le sol. Ces épaves spatiales, roues, débris de carcasse ou batteries, devraient se répandre sur une large superficie.

D'ores et déjà, une quasi-certitude selon la Nasa : ce ne devrait pas être sur le territoire américain. Pour plus de précisions, il faudra attendre : le lieu précis de l'impact ne sera connu qu'une vingtaine de minutes avant le choc (pas le temps de s'enfuir...). Mais avec les heures qui passent, les probabilités pour que telle ou telle région du monde soit concernée s'affinent. Et "UARS" est guetté par des scientifiques du monde entier. Or, ceux de la péninsule italienne estiment désormais que le bus spatial en panne sèche pourrait avoir quelques velléités de venir leur rendre visite. Ce qui a aussitôt déclenché une mise en garde des autorités italiennes à la population.

Rester chez soi, près d'un mur porteur...

"Sur la base des indications et des estimations fournies par le Comité technique scientifique", la Protection civile italienne a indiqué que "la probabilité qu'un ou plusieurs fragments du satellite puissent tomber sur le territoire italien a augmenté à 1,5%" alors qu'elle était de 0,6% jeudi soir. Pas de quoi s'affoler au vu des chiffres, et pourtant les autorités recommandent aux habitants des zones concernées de prendre leurs précautions. Ces régions potentiellement à risque seraient celles du nord du pays, le Piémont, la Lombardie, le Val D'Aoste, la Ligurie, le Trentin-Haut Adige, la Vénétie et la partie ouest de l'Emilie-Romagne.

 

Les consignes pour vous éviter une mort subite, ce soir !

 

 

Les consignes sont donc :

- ne pas rester à l'extérieur ; dans les bâtiments,

- plutôt rester dans les étages les moins élevés et de préférence près des murs porteurs.

 La protection civile italienne rappelle en outre que les éventuels fragments du satellite ne seront pas visibles pendant la chute et souligne qu'ils peuvent libérer des gaz toxiques, demandant aux personnes de ne pas s'en rapprocher "à moins de 20 mètres".

 

La Nasa s'est voulue toutefois plus rassurante, assurant que le risque "est extrêmement faible" (faible mais pas nul) qu'un humain sur les quelque sept milliards qui peuplent la Terre soit touché par un des morceaux du satellite. Il y a une chance sur 3200 que quelqu'un, quelque part dans le monde, soit frappé, ce qui, sur une planète dont 90% de la surface est inhabitée, revient à une probabilité de 0,03%, selon l'agence.

 

J'espère que les morceaux vont tous retomber dans une mer. C'est ce qui paraît le plus probable. Bon courage !

 
 
 
Lire la suite

Dimanche soir, DSK sera l'invité de Claire Chazal sur TF1

18 Septembre 2011 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

 

 

 

 

 

Selon Le Point, c'est donc à Claire Chazal, lors de son journal de 20 h dimanche sur TF1, que l'ex-directeur du FMI donnerait sa première interview depuis son retour en France, après ses déboires judiciaires aux Etats-Unis.

 

Il va enfin donner sa version des faits que nous attendons tous avec impatience.

 

 

 

 

 

 

 

 

Rediffusion d'une note du 15/09/2011

 

 

Lire la suite

Gigantesque rebondissement dans l'affaire DSK.

18 Septembre 2011 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

 

 

 

 

 

NEW YORK (Reuters) - Les accusations portées contre Dominique Strauss-Kahn, inculpé pour agression sexuelle contre une femme de chambre d'un hôtel de New York, sont sur le point de s'effondrer,écrit jeudi le New York Times qui évoque de très forts doutes sur la crédibilité de la jeune femme.

De source proche de l'enquête, on confirme à Reuters que la crédibilité de la femme de chambre est mise en doute.

"Les procureurs n'accordent plus beaucoup de crédibilité à ce que l'accusatrice leur a dit, ni sur les circonstances (de l'agression présumée) ni sur elle-même", écrit le journal.

"Les enquêteurs ont découvert des failles importantes dans la crédibilité de la femme de chambre",poursuit le New York Times, citant deux enquêteurs. Au point, ajoute le journal, que l'assignation à résidence du prévenu pourrait être levée dès ce vendredi.

Depuis le début de l'affaire, le 14 mai dernier, le dossier d'accusation repose sur le témoignage de la femme de chambre, qui s'est dit victime d'une agression sexuelle. Ses accusations ont été retenues par les enquêteurs de la police new-yorkaise comme par les procureurs.

Des analyses d'ADN ont démontré qu'il y avait bien eu relation sexuelle entre l'ex-directeur général du FMI et la femme de chambre.

Mais les avocats de Dominique Strauss-Kahn arguent qu'il s'agissait d'une relation sexuelle consentie."Lorsque les preuves seront produites, il apparaîtra clairement qu'il n'y a pas eu de contrainte", assurait Benjamin Brafman à l'issue de l'audience judiciaire au cours de laquelle Strauss-Kahn a plaidé non coupable, le 6 juin dernier.

Dans une lettre datée du 25 mai, les avocats de la défense déclaraient déjà avoir découvert des éléments qui "entameraient gravement la crédibilité" de la femme de chambre.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès de l'avocat de la plaignante, Kenneth Thompson, n'a pu être joint jeudi soir.

REVIREMENT

Jusqu'à son arrestation, l'ancien patron du FMI, qui est âgé de 62 ans, était le favori des sondages pour la présidentielle française de 2012. Ses problèmes judiciaires l'ont écarté de fait de la primaire socialiste, dont le dépôt des candidatures s'est ouvert le 28 juin et doit prendre fin le 13 juillet à minuit.

Mais les derniers développements de l'affaire constituent, ainsi que l'écrit le New York Times, un "changement de fortune stupéfiant pour M. Strauss-Kahn".

Les procureurs, qui ont rencontré ses avocats jeudi, ont fourni des précisions sur leurs découvertes, et les parties discutent de l'opportunité d'abandonner les accusations de "crime" (felony). Procureurs et avocats de la défense doivent retourner ce vendredi à la Cour suprême de l'Etat de New York.

"De fait, M. Strauss-Kahn pourrait voir son assignation à résidence levée, signe qu'il est probable que les accusations criminelles graves portées contre lui ne seront pas maintenues", lit-on dans l'article du New York Times.

Selon l'un des responsables cités par le journal, les procureurs ont évoqué de possibles liens de la femme de chambre, Nafissatou Diallo, avec des activités de trafic de drogue et de blanchiment d'argent. Des zones d'ombre sont apparues d'autre part concernant ses déclarations lors de sa demande d'asile aux Etats-Unis.

Ils en veulent notamment pour preuve une conversation téléphonique qu'elle a eue avec un détenu dans les 24 heures ayant suivi sa rencontre avec Dominique Strauss-Kahn. Au cours de cette conversation, qui a été enregistrée, elle évoque le profit qu'il y aurait à maintenir ses accusations contre DSK.

Le détenu, ont appris les enquêteurs, a été arrêté pour possession d'environ 180 kg de marijuana,affirme le New York Times. Il fait partie d'un certain nombre de personnes qui ont fait des transferts d'argent, d'un montant total de 100.000 dollars, vers le compte bancaire de la jeune femme au cours des deux dernières années.Les virements ont été effectués en Arizona, en Pennsylvanie, en Géorgie et à New York.

Les deux enquêteurs, dont le journal ne cite pas les noms, auraient également établi que Nafissatou Diallo payait chaque mois plusieurs centaines de dollars de factures de téléphone auprès de cinq compagnies différentes. La jeune femme a affirmé n'avoir qu'un seul téléphone et a dit ne rien savoir des dépôts bancaires, sinon qu'ils étaient effectués par un homme qu'elle dit être son fiancé et par les amis de celui-ci.

"A peu près tout ce qui a été dit de cette femme au début de l'affaire était faux, mais personne n'a vérifié ou voulu croire autre chose", a affirmé à Reuters une autre source proche de l'affaire, pointant les insuffisances du procureur Cyrus Vance qui a obtenu l'inculpation de Strauss-Kahn devant un Grand Jury.

Une nouvelle comparution est programmée ce vendredi devant la justice de New York pour demander un réaménagement du régime de liberté sous caution de Strauss-Kahn.

Cette comparution devant le juge Michael Obus, qui aura lieu à 11h30 locales (15h30 GMT), est une surprise: lors de l'audience préliminaire du 6 juin, la prochaine comparution devant le juge Obus avait été fixée au 18 juillet.

Après quatre jours en prison, "DSK" a été remis en liberté provisoire, en l'attente de son jugement, contre versement d'un million de dollars de caution et de cinq millions de dollars de garantie. Il vit assigné à résidence dans un grand appartement du quartier de Tribeca à Manhattan, ne pouvant sortir que pour des motifs précis.

L'ex-ministre de l'Economie, qui clame son innocence depuis le début de l'affaire, risque jusqu'à 25 ans de prison s'il est reconnu coupable des chefs d'inculpation de tentative de viol, agression sexuelle au premier degré, attouchements non consentis, emprisonnement illégal au second degré et agression sexuelle au troisième degré.

Avec Mark Hosenball et Sandra Maler; Eric Faye et Henri-Pierre André pour le service français

 

:

 

Les révélations du demi-frère de Nafissatou Diallo, lundi 27 juin 2011

 

Nafissatou va très mal. Elle pleure tous les jours depuis un mois. Jamais elle ne pourra oublier ce qui s'est passé".Depuis le début de l'Affaire DSK, la famille de Nafissatou Diallo est restée très discrète préférant laisser la parole aux avocats en charge du dossier. Pour la première fois un membre de la famille de Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn de l'avoir violée, s'exprime publiquement. Le Journal du Dimancheest allé à la rencontre de Mamadou Diallo, le demi-frère de la victime présumée, chez lui, à Indianapolis, aux États-Unis.

Ancien chauffeur routier reconverti en chauffeur de taxi, l'homme âgé de 53 ans ne travaille plus depuis trois semaines, suite à un accident de la route. Bien qu'il la désigne comme étant sa "soeur", elle ne l'est en réalité pas tout à fait.Mamadou Diallo explique : "C'est ma demi-sour. Nous avons le même père, mais pas la même mère. J'ai quitté le village en 1975, je n'avais pas 20 ans, et je suis passé dans plusieurs pays africains. Elle n'était pas encore née. Ensuite, je l'ai vue lorsque je retournais en Afrique pour quelques jours de vacances. Mais ces voyages étaient très espacés. Je suis arrivé aux États-Unis en 1988, j'avais 31 ans, et la première fois j'ai attendu neuf ans pour retourner au village."

Quelle a été l'éducation des enfants Diallo ? : "Notre père était un marabout et un imam. Il a élevé tous ses enfants dans la religion et le respect des autres. Nous ne sommes pas allés à l'école. Mais il a appris le Coran à chacun d'entre nous". Des enfants, le père semblait en avoir un nombre conséquent : "Je n'arrive pas à compter", indique Mamadou.

L'homme se lamente de la situation qu'il qualifie de "honte" pour sa soeur et sa communauté : "Que puis-je faire pour elle ? Sa vie est détruite. Elle est finie. Il n'y a plus rien à faire pour elle. Il n'y a plus qu'Allah qui puisse faire quelque chose pour Nafissatou. Son honneur est sali. Comme celui de tout notre village". Avant d'ajouter : "C'est une honte terrible pour notre famille. On parle de cette histoire dans le monde entier. C'est une honte terrible pour moi. Jamais aucun d'entre nous n'a fait de mal à qui que ce soit sur cette terre. Je ne comprends pas pourquoi ce malheur nous arrive à nous".

Face aux accusations de mensonges portées à l'encontre de sa soeur, Mamadou Diallo affirme que, pour lui, aucun doute ne subsiste, Nafissatou Diallo dit vrai : "Au fond de mon coeur, je pense que ma soeur dit la vérité. C'est une femme pieuse qui est incapable de faire du mal aux autres. Elle est timide et travailleuse. C'est une bonne musulmane."

Enfin, Mamadou Diallo déclare qu'il n'est "pas intéressé" par le procès de DSK : "Je soutiendrai ma soeur, car elle est ma soeur. Mais je ne suis pas très intéressé par ce procès. Allah sait. Il a déjà jugé." conclut-il.

La bataille médiatique est bel et bien lancée. Reste à démêler le vrai du faux.

  

  

 

La présumée victime est en train de perdre sa crédibilité. On découvre une femme aux antipodes de l'image qu'on avait d'elle. On est loin de la femme bien rangée, quasi parfaite.

Ces éléments nouveaux devraient être connus depuis longtemps (dans les 72 h après l'arrestation de DSK). Que s'est-il passé pour qu'on les découvre que si tardivement ? Cela interpelle !!!

Si cette femme est un peu fabulatrice, elle peut malgré tout avoir été violée, la mythomanie ne protège en aucun cas du viol.

 

Cette affaire me laisse perplexe...

 

C'est à la justice de trancher. 

 

 

 

 

Rediffusion d'une note du 01/07/2011

 

 

Lire la suite