Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Articles récents

Noël, c'est d'abord un sapin... Le plus beau sapin de Noël 2011 ce sera le vôtre.

19 Décembre 2012 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Traditions des pays

 

 

 

 

 

Vous pouvez aller le chercher vous-même en forêt, mais attention de ne pas vous faire prendre si vous ne demandez pas la permission de couper un petit sapin au propriétaire de la parcelle de bois...

 

On peut trouver des sapins pas chers, les premiers prix, sur  http://www.aquarelle.com/pg/home_cgi/home.cgi?langue=fr&sapa=01_googlefr_marque_aquarelle

 

 

 

Fini la corvée du sapin trop lourd et trop grand pour votre coffre. Préparez Noël dans la sérénité et la bonne humeur en un seul clic, sans perdre du temps ni de l’énergie. Avec Aquarelle vous pouvez faire votre achat en ligne. Nordmann 125 cm à 39 € ou Sapin Bleu 150 cm à 55 €, avec une jolie forme équilibrée, des branches bien fournies et qui ne perd pas ses épines, vous avez le choix. Spécialiste de la livraison de fleurs, Aquarelle, livre aussi des sapins de Noël en un temps record. Bien emballé et fixé sur sa bûche, pour 14 € vous le recevrez en 48h top chrono. Et pour seulement 9 € de plus Aquarelle vous gâte avec 2 boules de Noël garnies de délicieuses truffes au chocolat. Il ne vous reste plus qu’à imaginer votre décoration de Noël... Elle est pas belle la vie  ?

 

Un autre site qui vaut le détour : http://www.vitrinemagique.com/VitrineMagique.portal

 

 

 

Rappel important : N'installez pas votre sapin près du feu de cheminée ou de votre radiateur.

 

 

 

Lire la suite

Frank Alamo se battra contre sa terrible maladie jusqu'au bout

16 Décembre 2012 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #stars peoples

 

  

 

 

Frank Alamo a la maladie de Charcot. Une maladie connue depuis plus d'un siècle mais qu'on ne sait pas soigner. Frank ne prend plus que dela vitamine E et du Renitech, deux médicaments peu ou pas efficaces. En France, 8000 personnes sont atteintes de cette maladie. Trop peu de cas pour intéresser les laboratoires, contrairement à la sclérose en plaques...

"Je constate que je décline. Il me reste les poumons et les bras. Tant mieux sinon je serais foutu" a déclaré Frank Alamo. Sa voix aussi est "foutue".

"J'ai été à Lourdes, j'ai été un peu déçu par l'environnement business du lieu, même s'il y a eu 68 miraculés. Est-ce grâce à Bernadette Soubirous ou à la chance ?" s'interroge Frank. La maman de Frank serait aussi décédée de la maladie de Charcot, une maladie génétique, qui peut sauter, parfois, une génération. Le fils de Frank (39 ans) est inquiet pour son avenir, il redoute d'avoir la même maladie que son père et sa grand-mère.

Frank ne pense pas à la fin, enfin c'est ce qu'il prétend.

Frank a t-il peur de la mort ? "Non, je n'ai pas peur de la mort. Tout le monde y passera un jour. Même ceux qui vivent plus de 100 ans".

Frank reçoit des dizaines de lettres d'encouragement de ses fans par semaine et ça lui apporte un peu de joie dans sa vie.

Claudy, sa compagne, passe ses nuits blanches pour remettre de l'eau dans la machine d'assistance respiratoire.

Frank Alamo a 71 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rediffusion d'une note du 26/02/2012

Lire la suite

Un extrait de "Mr le Président" (Nicolas Sarkozy). Livre écrit par Franz-Olivier Giesbert. 3 ème extrait

13 Décembre 2012 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #stars peoples

 

 

 

  

"Je dois encore à la vérité de dire que, dès les premiers mois de sa présidence, il n'a cessé, si j'en crois les gazettes ou ce qui m'est revenu aux oreilles, de harceler le propriétaire d'un journal où je travaille et mes employeurs de la TV publique pour qu'ils me virent de toute urgence, sous prétexte que j'étais, je le cite, un rat d'égout ou un pervers fétide. Il a même assuré à des amis communs qu'il allait me détruire ou s'occuper de moi, une de ses expressions favorites". 

 

Un extrait du bouquin

 

 

 

 

Rediffusion d'une note du 13/10/2011

 

 

Lire la suite

Annie Girardot, une actrice à part dans le monde du cinéma français

12 Décembre 2012 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

 

L'interprète de "Madame Marguerite" au théâtre et, au cinéma, de "Mourir d'aimer", "Qui veut sauver la cuisse de Jupiter" et "Rocco et ses frères" souffrait de la maladie d'Alzheimer depuis plusieurs années.

Née le 25 octobre 1931à Paris, Annie Girardot commence dès la fin des années 1940 au conservatoire de la rue Blanche.

Primée au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, elle entre ensuite à la Comédie française, qu'elle quittera pour se consacrer au grand écran.

A partir de la fin des années 1960, son nom sur une affiche est synonyme de succès.

Célèbre pour sa gouaille et son énergie, elle joue dans des films populaires comme "Vivre pour vivre" (1967), "La vieille fille" (1971), "Docteur Françoise Gailland", qui lui vaut le César de la meilleure actrice en 1977, et "On a volé la cuisse de Jupiter (1980).

A l'aise dans la drame comme dans la comédie, elle est inoubliable dans "Mourir d'aimer" inspiré d'un fait divers réel, l'histoire d'un jeune garçon amoureux de son professeur qui sera accusée de détournement de mineur avant de se donner la mort.

Annie Girardot séduit par son côté "madame toute le monde", qui la rend sympathique et accessible, loin des stars sur papier glacé.

"Toutes les femmes s'identifiaient à elle", a dit Jean Rochefort sur i>Télé. "C'était une femme généreuse d'abord, une actrice évidente (...) elle n'était pas raisonnable et ça fait partie de son génie".

Claude Lelouch, qui la fit jouer dans "les Misérables", a dit se sentir "orphelin de, peut-être, la plus grande comédienne du cinéma français".

Ce rôle dans "Les Misérables", qui la ramenait dans la lumière après de longues années d'absence au cinéma lui valut le César de la meilleure actrice dans un second rôle. Son émotion fut grande sur scène, où elle avoua, en larmes, combien le grand écran lui avait manqué.

Elle reçut la même récompense en 2002 pour "Le pianiste", de Michael Haneke.

Sur les planches, son grand succès est "Madame Marguerite", une institutrice qu'elle interprétera années 1970 jusqu'au début des années 2000, alors que la mémoire commence à lui faire défaut.

Molière 2002 de la meilleure comédienne pour ce rôle, elle reçut la même année un Molière d'honneur pour l'ensemble de la sa carrière.

Annie Girardot s'est mariée en 1962 avec l'Italien Renato Salvatori, son partenaire dans "Rocco et ses frères". Ils se sépareront mais ne divorceront pas. Ensemble, ils ont eu une fille, Giulia.



L'enfance d'Annie



Sa mère l'a élevée seule. Le père d'Annie est décédé alors qu'elle n'avait qu'un an et 1/2.

Quand on est mère célibataire, il faut subvenir aux besoins de ses enfants. Pour ce faire, Raymonde, la maman d'Annie Girardot avait choisi de devenir sage-femme. Mais le temps de faire ses études, elle devra confier sa fille de 2 ans à un couple de médecins et quel couple de médecins !!! Ces parents par procuration étaient quelque peu étranges. La maison était toujours pleine de cris car le couple entretenait son désir par la violence, il fonctionnait ainsi, un peu sado-maso sur les bords. Vous et moi nous connaissons tous des couples qui ne s'aiment qu'au lit... Les réconciliations se faisaient toujours sur l'oreiller et le lendemain c'étaitrebelote. Ils avaient un martinet et, avant chaque repas, ils en présentaient le manche à la petite Annie. Elle devait embrasser le martinet... et leur jurer obéissance, c'était un de leurs rites un peu bizarres. Elle avait été traumatisée par ces baisers au martinet.

 

Annie a été reprise par sa mère à l'âge de 6 ans.

 

Imaginez que c'est grâce a cette femme exemplaire, la maman d'Annie, que le maréchal Pétain aurait eu l'idée d'instaurer la fête des mères.

 

Raymonde, la maman d'Annie a demandé à être euthanasiée, le 25 mai 1989.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annie avait 79 ans.   

  

En 1996, Annie nous a ému aux larmes devant notre TV et ce 28 février 2011, Annie nous refait encore pleurer...

 

 

                              

 

                                                     

 

 

 

 

                                   

 

 

                       

 

                           

 

 

 

 

                                       

 

                                  

 

 

Rediffusion d'une note de 2011

Lire la suite

Les viols collectifs ne sont pas toujours punis : affaire Fontenay-sous-Bois... C’est inadmissible !

3 Décembre 2012 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités

 

 

 

  

Après des années d’enquête et trois semaine d’audiences menées dans une ambiance très singulière, la plupart des prévenus ont été déclarés innocents.

 

 

Ils étaient 14 violeurs. Nina et Aurélie ont eu droit à tout : fellation, sodomie, etc. Ces viols répétés avaient lieu dans des caves sordides, loin des regards...

 

Durant le procès, on n’a jamais pu voir le visage de ces violeurs, de ces racailles. Ils étaient cachés sous des vestes de survêtement quand ils entraient au tribunal. Les débats se tenaient à huis clos parce qu'ils étaient mineurs à l’époque des faits.

Ah j’oubliais, ils ne seraient plus des racailles, ils sont désormais mariés, pères de famille, certains ont même un emploi...Ces voyous ont tous entre 29 et 33 ans. Les bourreaux n’ont pas hésité à insulter leurs 2 victimes : «Grosse vache, tu crois que je t’ai violée» a dit l’un d’entre eux et un autre a été aussi abject et les a nommées ainsi « Les plus grosses putes de Fontenay». :fou:Ils ont prétendu qu’elles étaient mythomanes et nymphomanes. :pfff:

 

 

4 hommes sont condamnés à des peines très, très légères (3 ans avec sursis à un an 1 ans ferme). :ouch::ouch:Sur les 14 pervers, les 10 autres sont acquittés... Ah, elle est belle la justice française ou l'apparence de la justice française !.

 

Ca va encourager d’autres personnes fragiles psychologiquement à commettre de tels actes.

 

Dans les affaires de viols ou de meurtres en réunion, il a le meneur, le chef de clan, l’idole. Derrière lui, il y a ses hommes de main qui ne savent pas penser par eux-même ou qui vouent une admiration sans borne au meneur. Il y a un troisième cercle : des individus «tentés par l’occasion» et enfin on trouve les individus pas vraiment à l’aise mais qui s’exécutent sous la pression du groupe, des suiveurs. L’effet de groupe permet de diluer la responsabilité, mais encore faut-il qu'ils se sentent coupables...

95 % de violeurs et de tueurs n’éprouvent pas une once de culpabilité. Ils ont pris leur pied à violer ou à tuer et aussitôt fait, aussitôt oublié. Pour eux violer ou tuer est normal... Ils sont fiers d'être des êtres machiavéliques.

 

Comment vont faire ces jeunes femmes pour se reconstruire ? Elles ont été détruites par ces viols répétitifs.

 

Rediffusion d'une note du 21/10/2012

 

 

 

Lire la suite