Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Articles récents

Les dernières confidences de la séduisante Virginie Efira

1 Octobre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #stars peoples

 

 

Virginie Efira est une senior de 40 ans.

"On ne peut vraiment prendre la mesure de son propre courage que lorsqu'on est confronté à une situation qui ne laisse pas le choix. Les gens qui, autour d'une bonne table, affirment qu'ils seraient forcément de grands résistants à l'heure du pire, je ne les prends pas au sérieux. Ce sont les circonstances qui, souvent, nous aident à découvrir qui nous sommes en profondeur" a révélé la blonde actrice.

"Depuis quelques temps, la situation ne s'arrange pas en France. L'écart des plus riches et des plus pauvres ne cesse de se creuser, beaucoup trop de gens se retrouvent violemment mis à l'écart. On se moque de moi parfois quand je prétends que tout est politique" a allégué Mme Efira.

"Pour être sincère, il n'y a pas une journée où je me dis pas que c'est tout de même troublant d'aborder une nouvelle décennie... Je pense à la jeune fille que j'étais et je mesure le temps qui pense " a dévoilé la touchante Virginie. 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "Virginie efira 2017"

Résultat de recherche d'images pour "Virginie efira 2017"

Résultat de recherche d'images pour "Virginie efira 2017"

Résultat de recherche d'images pour "Virginie efira 2017"

Résultat de recherche d'images pour "Virginie efira 2017"

Lire la suite

Les prothèses mammaires remontent-elles les seins qui tombent ?

1 Octobre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #beauté, #sante, #chirurgie, #seins, #prothèses

 

Oh que nenni ! Si les seins sont très tombants, il ne suffit pas de poser de grosses prothèses par l'aréole pour retrouver un beau galbe. Hélas, c'est assez souvent ce que tentent de faire croire des chirurgiens peu scrupuleux pour opérer plus de patientes, mais cette opération ne peut pas être une alternative au lifting mammaire pour éviter les cicatrices en T inversé. Les prothèses ne rehaussent que très légèrement les seins et elles ne redressent pas les tétons.

 

Lire la suite

Hervé Vilard a été violé à l'âge de 6 ans

1 Octobre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #stars peoples

 

  

 

Hervé Vilard a 66 ans.

  

Hervé Vilard a été abandonné à la naissance par son père. Sa mère, trop pauvre, n'a pas pu l'élever seule.

 

Hervé a été ballotté d'un orphelinat à l'autre, placé dans des fermes... Il a grandi sans amour et dans le danger.

 

"Un enfant de l'assistance publique, c'est un domestique que l'on ne paie pas...  Encore doit-il s'estimer heureux quand on lui donne à manger" explique Hervé. Il a eu droit aux coups de martinet. 

 

Hervé Vilard a fait plusieurs fugues.

 

Les maisons de corrections, Hervé Vilard connaît également...

 

 

" Ca m'est arrivé mais pas avec des curés. Ca m'est arrivé en orphelinat. Même les juges dans les années 50 faisaient des attouchements sur les enfants de l'orphelinat Saint Vincent de Paul. C'est connu. Des grands politiques ont des dossiers. C'est pour ça qu'ils ont fait de belles carrières" a révélé Hervé Vilard.

 

Hervé c'était le matricule 764. A l'âge de 6 ans, il a été victime de viols à répétitioncommis en toute impunité par des adultes qui pouvaient disposer de l' avenir et des corps des petits orphelins...

 

"Ils laissaient tomber le crayon, se penchaient et baissaient notre braguette. On se laissait un peu tripoter parce qu'on avait le droit à des bonbons. Enfin c'est une image. Mais c'est un peu ça. Ca c'est le monde" a expliqué Hervé Vilard.

 

Les histoires d'agressions sexuels font frémir Hervé : "C'est sordide. On croit que tout a évolué... "

 

 

                      

 

 

 
Afficher l'image d'origine

 

 

      

 

 

                 

 

 

 

 

 

 

                            

 

 

                         

Afficher l'image d'origine

 

Rediffusion d'une note du 05/08/2012

Lire la suite

La surconsommation de médicaments chez les personnes âgées est inquiétante... C'est l'histoire des médecins qui deviennent des dealers.

1 Octobre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Actualités, #santé

 

Jusqu'à 58 médicaments différents par jour.

Au sein de cette population "polymédiquée" (57% d'hommes et 43% de femmes), le nombre moyen de médicaments absorbés par jour est de 14,4. Il peut grimper jusqu'à 58 dans certains cas. Et encore, "c'est une fourchette basse parce que l'automédication n'est prise en compte que si elle est associée à une prescription médicale", précise 60 Millions de consommateurs.
Conséquence principale de cette surconsommation,
outre une cascade d'effets secondaires : un nombre d'accidents important pouvant entraîner l'un des 7.500 décès annuels attribués aux médicaments chez les plus de 65 ans et recensés par l'Assurance maladie. "Attention au mélange, au cocktail", explique en effet Claude Rambaud (France Assos Santé), qui représente l'Union nationale des associations agréées d'usagers du système de santé, partenaire de l'initiative du magazine présentée jeudi.
Rien n'est prévu pour la coordination", déplore-t-elle, en prenant pour exemple le cas des benzodiazépines tels que le Stilnox, le Stresam ou encore l'Imovane.
"Les gens ne doivent pas prendre à longueur d'année des benzodiazépines" qui peuvent induire des risques de chutes et de désorientation, a fortiori lorsqu'il s'agit des personnes âgées concernées par l'étude.

Elle réclame "qu'on mette à disposition des patients un outil qui leur permettent d'avoir en permanence l'intégralité de leurs traitements" sur leur téléphone portable avec une version française de "l'appli" blue button. Le patient pourrait le montrer aux différents médecins consultés (spécialistes et généraliste) pour qu'ils en tiennent compte. En tout cas, "il faut faire le point régulièrement avec son médecin et lui apporter les ordonnances des spécialistes ou d'autres médecins et noter ce qu'on a acheté en plus soi-même" sans ordonnance, conseille-t-elle. Ceci afin de réviser l'ordonnance pour vérifier si tous les médicaments prescrits correspondent à l'état de santé des patients, en nombre et en doses.

 

 

 

Tous les médecins peuvent avoir accès à l'historique des patients en demandant seulement la carte vitale. Ils peuvent voir tous les médicaments achetés sur prescription médicale au cours des 12 derniers moins. La preuve par ici : http://vivreaupresent.over-blog.com/2016/12/un-patient-qui-donne-sa-carte-vitale-a-un-medecin-ne-peut-plus-rien-lui-cacher.les-patients-sont-fiches.html

Dans les hôpitaux et les maisons de retraite, les médicaments sont tous donnés à la fois, mélangés à la compote... et donnés de force à la petite cuillère ou on les fait avaler par 3 ou 4 à la fois avec un verre d'eau comme un gavage d'oie, le personnel est si pressé. Peu importe si le patient s'étrangle, cela fera seulement un mort de plus...

 

Voici d'autres avis que le mien : 

 

Photo73
"les patients se voient prescrire leurs traitements par près de 3 médecins différents."
coordonnés ou chacun dans son coin ? Le médecin soignant, référent, sais plus le nom, est censé faire le chef d'orchestre, sinon on est très mal remboursé. Si le généraliste fait aller son patient chez le cardiologue y a bien un retour de l'information ? Non ?


Anon
Ils se les procurent avec des ordonnances établies par des médecins , le tout, remboursé par la SSle !
Que la SSle fasse son travail et règle ce problème, c'est son intérêt et l' intérêt de tous !

Claude Duratier
Médicaments = poisons

Louis Soulet
Médecins incompétents et scélérats. Industrie pharmaceutique criminelle. "Science" médicale pleine de suffisance, exactement comme au temps de Molière, et patients crédules, trouillards, dépendants, immatures etc. Voilà le tableau de cette partie de la société.

éric le gain 1
Comment vont ils faire les Médecins quand ils stopperont toutes ces prescriptions à nos anciens? Ils devront certainement pour la plus part d'entre eux mettre la clef sous la porte.

Doheem
La faute à qui ? Déjà aux médecins qui prescrivent les médicaments. Puis à certains patients, pour qui, s'ils n'ont pas de médicaments pleins les tiroirs, ne se sentent pas soignés, du coup le médecin traitant se plie aux exigences de sa patientèle. Or, pour une gastro ou un rhume, pas besoin de médicaments, un régime suffit. Enfin, l'automédication ne vient pas améliorer cette surconsommation.

MARGOT-SOLEIL
Mes parents (âgés) "distribuent" les médicaments en trop ou les jettent. Des armoires pleines. Leur réponse ? Oui mais c'est gratuit, on les prend.
À hurler !!

juliepore
Maman à 89 ans et je ne cesse de dire que son médecin traitant lui prescrit trop de médicaments , mais maman ne jure que par son médecin qui la soigne depuis des années.
Au moins 10 comprimés par jour et tous les mois il recopie l'ordonnance...
Pas de prescripteur : pas d'abus
Et maman ne voit qu'un médecin généraliste
Quand on le dit au docteur pour lui tout est justifié..


éric le gain 1
C'est d'ailleurs pour cela qu'on en voie de plus en plus dans la rue manifester, la CGT n'aurait pas nos anciens, il n'existerait plus.

jarod88
Le problème de ces articles là c'est qu'on fait la part belle au quantitatif ! Mais le quantitatif ça résout quoi ? rien !
On arrive à un constat, c'est bien c'est beau mais on fait quoi avec ça ? il n'y a même pas une problématique de posée dans tout ça !
c'est le qualitatif qui devrait compter ! en clair les raisons !! Pourquoi ? Quelles alternatives mettre en place ? comment améliorer un peu plus les prescriptions ? Comment faire réellement travailler ENSEMBLE (ce qui ne trop rarement le cas !!!!!!) médecin G et pharmacien d'officine ? comment faire en sorte d'optimiser au mieux les pres' pour aller dans le sens de la santé du patient ?
Les voilà les pistes
Le 21/09/2017 à 17:41

Rebelle83700
C'est sûrement pour ça que la longévité ne cesse d'augmenter. Haro sur les médecins ! Pourvoyeurs d'un excès de vieux !

bysmart
Si les gens consomment trop de médicaments, c'est parce qu'un médecin les a prescrits. Il y a en effet un très gros problème avec les prescriptions médicales, et pas qu'avec les médicaments. Les centres de kiné, d'ostéopathes sont pleins du matin au soir. Il y a de quoi se poser les bonnes questions.

Pilet14
Et les patients en réclament beaucoup trop: anxiolytiques, hypnotiques, spasmolytiques, antalgiques de palier 1...

Gourou 51
Faut bien nourrir les laboratoires, n'est ce pas nos ministres de la santé ? Où sont les programmes de prévention ?


Vincent NETTER
Revenons vite à l'ère préindustrielle, où on ne prenait pas de médicaments ; et où il n'y avait pas beaucoup de seniors non plus.

Fenice91
Cela irait déjà mieux si les gens cessaient de s'auto-médicamenter après avoir été sur internet se renseigner sur leurs potentiels problèmes de santé. Quand on est malade on sait que les médicaments ne sont pas sans risque, il faut lire les notices et poser les bonnes questions à son.médecin. On peut se demander si ces enquêtes n'ont pas pour mobile de démontrer que les seniors coûtent cher à la collectivité.... mais on ne parle pas du coût des 230 000 IVG pratiquées en France, des traitements pour les sidéens et autres pathologies onéreuses frappant des publics jeunes.

pommier94
c'est gratuit, il n'y a donc pas de raison de se gêner.

 

http://sante.lefigaro.fr/article/les-seniors-consomment-trop-de-medicaments/

 

 

Article de 2017

Lire la suite

Céline Dion et le deuil de René Angélil...

1 Octobre 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #stars peoples

 

Mon deuil a débuté quand la maladie a pris le dessus. Je l’aidais à prendre sa douche, à se brosser les dents, je l’accompagnais aux toilettes. J’étais parfois un peu brusque avec lui, je lui disais : Tu es mort ou vivant ? Lève-toi et vie»:ouch: a raconté Céline Dion.

«Vers la fin, on regardait des émissions de télé et on riait beaucoup. Il aimait que je vienne prendre mon café avec lui» a révélé Céline Dion. Et elle a ajouté «Puis j’ai recommencé à travailler. Il ne mangeait plus, avalait essentiellement des médicaments».

 

 

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

 

 

 

Source : Good Morning America 

 

 

Lire la suite