Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Résistance aux antibiotiques : ça devient très inquiétant ! Les médecins font des prescriptions inutiles d'antibiotiques pour garder "leurs bons clients ".

8 Août 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Santé

 

L'OMS tire la sonnette d'alarme. Il faut dire qu'il y a urgence. En effet, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé des infections considérées aujourd'hui comme mineures risquent à nouveau de tuer si rien n'est fait pour lutter contre la résistance aux antibiotiques. Dans cette étude, la première portant sur la résistance aux antimicrobiens à l'échelle mondiale, l'Organisation s'inquiète et assure que "cette grave menace n'est plus une prévision, mais bien une réalité dans chaque région du monde, et que tout un chacun, quels que soient son âge et son pays, peut être touché".

Les antibiotiques, considérés par l'OMS comme l'un des piliers de notre santé, nous permettent de vivre plus longtemps et en meilleure santé. Cependant, leur usage inapproprié les a rendus quasiment inefficaces en quelques décennies. Dès lors, il faut changer de mode de consommation. Et vite. En effet, "à moins que les nombreux acteurs concernés agissent d'urgence, de manière coordonnée, le monde s'achemine vers une ère postantibiotiques, où des infections courantes et des blessures mineures qui ont été soignées depuis des décennies pourraient à nouveau tuer", prévient le Dr Keiji Fukuda, sous-directeur général de l'OMS pour la sécurité sanitaire.

Et celui-ci de poursuivre pessimiste : "Si nous ne prenons pas des mesures significatives pour mieux prévenir les infections mais aussi pour modifier la façon dont nous produisons, prescrivons et utilisons les antibiotiques, nous allons perdre petit à petit ces bénéfices pour la santé publique mondiale et les conséquences seront dévastatrices".

Le rapport se base sur les données provenant de 114 pays et met l'accent sur la résistance aux antibiotiques de sept bactéries responsables de maladies graves courantes telles que les infections hématologiques (septicémie), les diarrhées, les pneumonies, les infections des voies urinaires et la gonorrhée (infection sexuellement transmissible).

 

 

 

Tant que malades et médecins n'auront pas compris que "les antibiotiques, c’est pas automatique", les résistances seront de plus en plus nombreuses... et il y aura des millions de morts.

Le problème vient des patients qui demandent un traitement antibiotique pour un oui ou un non. A 38°C de température, la maman d’un enfant enrhumé se précipite chez le médecin pour avoir son ordonnance avec un antibiotique...  Le nez qui coule un peu, le patient qui éternue ou que la gorge gratte et vite, il court chez le médecin pour avoir des antibiotiques, et s'il en a pas à la première consultation, il y retournera 2 ou 3 fois pour avoir la prescription... Un rhume ne guérit pas plus vite avec médicaments et un antibiotique que sans mais ça les patients refusent de l’entendre.
Les médecins cèdent très souvent à ce type de demande, ils font tout pour garder les "fidèles clients", qui vont les voir 7 ou 30 fois par an. Ils prescrivent des antibiotiques pour des virus alors qu’ils sont totalement inefficaces pour les virus, ils ne font pas les tests parce que ça va plus vite... par paresse et pour passer plus de clients, pour gagner toujours plus. Ceci n’est pas très sérieux...
S’ils refusaient ces prescriptions inutiles d’antibiotiques, les abonnés iraient voir la concurence, un médecin plus complaisant ou ils iraient moins au médecin...  ce serait «dramatique» pour le business des «bobologues» de perdre leurs très bons clients... 

Il faudrait que les patients acceptent de ressortir de chez leur médecin sans ordonnance et aussi de moins y aller pour le moindre bobo.

Il serait peut-être temps de dérembourser la bobologie,  tous les soins même de confort; les patients iraient moins chez les médecins généralistes si le nombre de consultations remboursées étaient limitées à 4 par an...


Les médecins ne sont pas les seuls qui devraient moins precrire des antibiotiques, il y a aussi les vétérinaires qui en prescrivent pour tout et n’importe quoi...  Et les cochons et poulets et saumons gavés d'antibiotiques et élevés sérrés comme des sardines...  

 

Rediffusion d'une note du 01/05/2014 18:00

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article