Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Eté 1936, vous n'étiez pas nés, Messieurs... (rires)

14 Juillet 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #histoire

 

Voilà plus de 70 ans (bientôt 80 ans) que le Front Populaire de Léon Blum promulguait les congés payés.
C'est une petite révolution. Les ouvriers acquièrent alors un avantage réservé aux fonctionnaires , commerçants, employés de bureau. Ils culpabilisent, ils ont peur de perdre leur emploi s'ils s'absentent 8 jours.
Pour eux, le repos est réservé aux riches. Les départs ne sont pas massifs. Près de 550 000 familles empruntent le réseau ferré et des milliers d'autres enfourchent les bicyclettes, la toile de tente sur le porte-bagage.
Par manque d'habitude et de moyens, certains restent à la maison pour refaire les tapisseries. L'évasion est souvent de courte durée. Pique-nique au bord de la Marne pour les Parisiens, détente à la plage pour les Marseillais, fêtes champêtres près des lacs en Province...
La majorité des ouvriers vit ses premières vacances comme une journée dominicale.
Le gouvernement du Front Populaire met en place des moyens pour que les congés soient autre chose que des journées de non-travail. Des billets de train à tarif réduit sont inventés et des associations négocient des chambres d'hôtel bon marché. Mais les Français ne se lancent pas dans de longs voyages. Les vacanciers se contentent parfois de rendre visite à leurs familles à la campagne, de faire un aller retour-express pour apercevoir la mer ou s'octroient 2 jours dans une auberge de jeunesse en montagne.
Un choc culturel se produit les bourgeois voient d'un mauvais œil la démocratisation des congés et voient d'un mauvais œil des "salopards à casquette"  venus sur les plages.  Les départs en vacances deviennent un phénomène de masse seulement au milieu des années 50.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article