Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vivreaupresent

Americo Carneiro a tué sa fille handicapée. Un fait divers qui fait froid dans le dos.

13 Juin 2017 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Histoires insolites mais vraies

 

Johanna avait 6 ans en janvier 2011 au moment des faits.
Son corps trop faible était maintenu pour la nuit dans une coquille médicale en plastique.

Tous les soirs, son père allait lui raconter une histoire pour qu’elle s’endorme. Il l’appelait «ma princesse» selon ses dires. C’était lui qui la baignait, lui changeait les couches. La journée, dès 3 ans, la petite Johanna était prise en charge par un établissement spécialisé, un VSL venait la chercher le matin et la reconduisait chez elle le soir.

Americo Carneiro est né au Portugal. Il était le 7e d’une famille de 8 enfants. A  l’âge de 10 ans, Carneiro a perdu un frère dans un accident de moto et seulement 1 an après, son père, qui avait une entreprise de bâtiment, est tombé malade et il est resté paralysé. A 15 ans, Carneiro a dû travailler dans la maçonnerie car la famille était très pauvre. Il est arrivé en France à 24 ans, pour travailler dans la maçonnerie et parce qu’il avait une soeur qui habitait en France. C’est un homme au visage assez dur.

Il a rencontré sa femme Gracinda chez un ami. Elle lui plaisait et il l’a épousée 6 mois plus tard seulement. Il n’en a jamais été amoureux. Un de ses amis l’avait prévenu qu’elle était folle (bipolaire) mais il était dans le déni. Ils s’entendaient bien et il ne voulait pas vivre seul.  Gracinda  a eu des crises où elle se fâchait avec tout le monde, ces crises, elle n’en aurait eu qu’après le mariage. En 2009, elle a été hospitalisée en HP et depuis elle a toujours été droguée de médicaments, complètement amorphe. Elle était toujours assise dans le canapé du matin au soir.  C’est à cette époque que Carneiro a commencé à être hanté de pensées macabres, a sombré dans la folie... même s’il continuait à donner le change...


Au début, la jeune femme ne voulait pas d’enfant... et ils ont eu Johanna.  Elle est née à 7 mois par césarienne. Elle avait un retard dans le développement. Les parents ont eu connaissance des problèmes que 15 jours après la naissance. Un médecin leur a appris que jamais Johanna ne marcherait, et qu’elle ne parlerait jamais. Elle ne pouvait pas se tenir assise. Pour la prendre dans les bras, il fallait lui soutenir la tête. Johanna était une petite fille très affectueuse.

Carneiro avait de gros problèmes d’argent, il s’était endetté pour acheter une maison dans un minuscule village de moins de 400 habitants. 

On aurait voulu aider Carneiro, mais il a refusé cette aide, on lui a notamment proposé de placer l’enfant en internat, mais il ne voulait pas qu’elle parte de la maison...:pfff:

Déjà plus de 3 ans que Carneiro a assassiné la petite Johanna, une fillette brune.
Il l’a tué avec préméditation et il a comparu devant la cour d’assises de Melun (Seine-et-Marne). Le 30 déc. 2010, il avait effectué un virement (10 000 €) sur le compte bancaire de sa mère, qui était restée au Portugal, pour payer les obsèques de sa fillette, de sa femme et de lui-même...
:fou:

Le soir du crime, il l’a d’abord endormie en lui racontant une histoire comme tous les soirs, après lui avoir donné le bain, regardé la télé avec elle. 1 ou 2 h après, il est allé dans la chambre de l’enfant, il lui a pincé le nez d’une main et appuyé de l’autre main sur la bouche. Elle aurait ouvert les yeux, elle ne semblait pas comprendre...  Elle est morte étouffée. [:pois casse:1]Il voulait tuer sa femme après mais il n’en a pas eu le courage. Aujourd’hui, le couple continue à vivre ensemble, Gracinda n’a pas peur... :ouch::ouch:Il prétend avoir commis cet acte horrible, ce meurtre, dans le but de soulager l’enfant, pour la soulager de ses souffrances. Je crois que c’était surtout lui qui n’en pouvait plus, il a voulu se soulager... en TUANT. On voit souvent ça dans les hôpitaux, les médecins, les infirmières qui pètent les plombs et qui euthanasient, qui assassinent, les malades et qui ensuite osent ensuite prétendre que c’était pour soulager la souffrance des malades. 

5 mois de prison avec sursis et obligation de soins.:ouch::ouch:

La peine est bien légère. Pour moi, c’est inciter d’autres individus très fragiles psychologiquement à se débarrasser des «fardeaux», à tuer en toute impunité des membres de leur famille s’ils se trouvent confrontés à une situation similaire. Je demande à ces tueurs potentiels soit d’aller consulter un psychiatre, soit de commencer par eux, se suicider d'abord...

 

 

 

Une petite pensée pour Johanna.

 

 

Rediffusion d'un article d'avril 2014

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article